Ataxia, la capitale d'un monde chaotique où le pouvoir découle de la richesse et de la terreur.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Inauguration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marina Spinetti
Actrice
avatar

Nombre de messages : 5
Age : 28
Date d'inscription : 24/05/2010

Feuille de personnage
Age: 26
Armes: Bagues à poison
Equipement:

MessageSujet: Inauguration   Mar 25 Mai - 0:00

    21hOO, la limousine roulait à l'allure d'une tortue sous anesthésiants. Marina aurait donné n'importe quoi pour être ailleurs, mais elle n'avait pas le choix, et son portable la rappelait continuellement à l'ordre. Faisant comme si elle n'entendait rien, elle fit tomber un comprimé d'aspirine dans son verre d'eau, sortit une cigarette de son boîtier, prit le temps de l'allumer et ce ne fût qu'à la sixième sonnerie qu'elle se décida a prendre l'appel.
    A l'autre bout du fil, son agent, comme d'habitude :


    - Quoi?!

    Il ne voulait que lui rappeler qu'elle devait être parfaite pour cette soirée où elle allait promouvoir une suite hors de prix dans un hôtel de luxe qui n'était fréquenté que par des toquards richissimes, ça elle en était persuadée, mais elle se devait de faire bonne figure pour gagner une tonne de fric et encore un peu plus de popularité auprès de gens sans intérêts.

    - Je sais, je sais ouais, c'est pas la première fois que je me tape une de ces soirées à la con, je sais comment ça fonctionne ! dit-elle avant de raccrocher brusquement au nez de son agent, cela dit, il devait y être habitué maintenant.

    La limousine ralentit encore, si cela était possible, Marina avala d'une traite son aspirine, écrasa sa cigarette, prit un chewing-gum à la chlorophyle et se dépêcha d'ôter ses lunettes de soleil, tout en grimaçant a cause de l'éclairage trop vif.
    Dernières petites retouches habituelles; pincement des joues pour avoir bonne mine, s'assurer que ses cheveux étaient bien en place...avant l'ouverture de la portière.

    Il n'était pas simple de s'extirper d'une voiture lorsque l'on porte une robe fourreau très très moulante, mais Marina le fit avec grâce, comme elle en avait l'habitude.
    Le tapis rouge n'était déroulé que pour elle et éventuellement pour les quelques riches et influentes personnes qui seraient présents, aussi s'attarda-t-elle quelques instants, faisant de petits signes aux objectifs qui n'arrêtaient pas de la mitrailler, tout en souriant comme si elle n'avait jamais eu mal à la tête, puisque son métier se résumait un peu à ça au final.

    Après avoir posé sous les flashs pendant une petite vingtaine de minutes, la jeune femme finit par rentrer à l'intérieur de l'hôtel; ce n'était pas la première fois qu'elle y mettait les pieds, il lui était même souvent arriver d'y passer plusieurs nuits, et chaque fois en compagnie de différentes personnes.
    Le directeur vint la saluer et lui expliqua la marche à suivre; rien de bien compliqué, une fois sur place, on allait lui remettre une paire de ciseaux en or, ensuite il lui suffirait de couper le ruban rouge en faisant un grand sourire à l'objectif puis une poignée de main au directeur et l'affaire serait conclue.
    Ils prirent donc l'ascenseur, qui déboucha sur un long couloir. Toutes les portes des suites étaient fermées, sauf celle de l'élue, la suite qui faisait l'objet de tout ce cirque. Marina fit ce qu'elle avait a faire et une fois que les flashs cessèrent quelque peu, elle se dépêcha de reprendre l'ascenseur en sens inverse et de prendre ensuite la direction du bar où elle commanda une double vodka on the rocks.
    La serveuse mit un temps quasi interminable à la servir et comble de l'ironie, elle avait oublié la feuille de menthe qui devait accompagner toutes les boissons que commandait la star.
    Non mais il fallait être gourde, le personnel de l'hôtel était pourtant au courant de ses habitudes.


    - OU EST LA MENTHE?!, hurla-t-elle se moquant bien de faire un esclandre.

    Puis réfléchissant au temps que ça allait lui prendre pour aller rechercher une feuille de menthe, Marina lui arracha le verre des mains.


    - C'est bon comme ça ! Mais ne refaites pas deux fois la même erreur ou vous le regretterez jeune fille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James MacCarthy
Médecin
avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 01/06/2008

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Armes: Poignard, drogues de sa propre composition
Equipement: Trousse de médecine

MessageSujet: Re: Inauguration   Jeu 27 Mai - 15:45

    Les doigts de James pianotaient presque avec volupté sur le cuir de noir de son attaché case, posé à côté d’un verre de Chivas, soixante ans d’âge, sur le bois verni du bar. Perché sur un tabouret dont le seul garnissage criait ‘je vaux plus que le PIB de tous les pays du tiers monde réunis’, James observait son entourage de son habituel regard flegmatique. Mais ce soir-là, une certaine excitation brillait dans ses iris bleus. N’importe qui connaissant un tant soit peu l’individu aurait su dire qu’il était sur un coup, un gros coup, et qu’il avait hâte de conclure. Et que bien sûr, cela ne se passerait certainement pas dans la bonté et la vertu.

    Ses doigts glissèrent lentement de l’attaché case pour venir se refermer, telles des araignées, sur son verre qu’il porta à sa bouche pour prendre une gorgée du liquide ambré. Il n’y avait absolument personne dans le bar, en dehors de James et du seul barman rescapé qui avait l’air particulièrement contrarié. En effet, tout l’hôtel était en effervescence pour l’occasion de l’inauguration de la nouvelle suite, dont le luxe et la plaisance n’avaient de rivaux que ceux de la créature de rêve qui se pavanait, ciseaux d’or à la main, quelques étages au-dessus de James. Comment savait-il cela, demanderez-vous ? Tout simplement car il avait depuis longtemps dégainé sa carte Gold afin d’être certain d’inaugurer la nouvelle suite dans les règles de l’art (et pas qu’avec des ciseaux) et que, en client qui paye, il avait exigé avoir un aperçu de l’endroit. Quant à miss Spinetti, vu tout ce qui avait dû lui passer dessus, on ne pouvait plus vraiment parler d’inauguration, mais James, alors qu’il repensait à tout cela, un sourire pernicieux aux lèvres, se comprenait bien.

    La foule, il imaginait, devait se presser, fébrile, derrière les agents de sécurité, essayant d’apercevoir au moins quelques centimètres carrés du corps de la déesse, et cela le faisait bien rire. Il lui suffisait simplement d’attendre ici quelques minutes encore pendant que les simples mortels s’escrimaient pour recevoir un simple sourire fardé de jeu. Il aurait plus, bien plus. Plus encore que la dernière fois, cela s’entendait, pensait-il tout en caressant distraitement son attaché case.

    Finalement, l’hôtel résonna bientôt des pas des badauds qui retournaient à leurs diverses activités et le bar commença à se remplir doucement. James se redressa. Si la star suivait ses habitudes, elle ne devrait pas tarder à suivre la foule. Mais dans le doute, il avait tout de même réquisitionné un guetteur qui devait le tenir au courant des faits et gestes de Spinetti. Et en effet, son portable sonna, affichant l’identifiant de son indic. Pestant, James décrocha.

    ‘Spinetti se dirige vers le bar.’
    James soupira
    ‘Et c’est pour ça que tu m’appelles, pauvre con ?!’

    Sans plus de cérémonie, il raccrocha. L’imbécile, il lui avait fait une frayeur. Il n’aurait du l’appeler que si Spinetti déviait du chemin initialement prévu. Enfin, tout se passait bien, donc il pouvait maintenant se relaxer en attendant tranquillement son heure.

    Finalement, il l’aperçu. Elle glissait à travers la foule attablée qui se retournait alors sur son passage, les conversations stoppant, les murmures bruissant comme le tissu de sa robe sur ses formes dont James se remémorait la texture alors qu’il la scannait avec une lascivité qui ne portait aucun masque. Elle alla s’asseoir de l’autre côté du bar et commanda quelque chose qu’il ne put pas entendre à cause du brouhaha et de la distance. Mais il ne fallut pas longtemps pour que la voix de la reine se fasse entendre au-dessus de tout cela, déversant son caprice sur une serveuse à l’air piteux. James rit de cette scène, reconnaissant bien là le caractère de la diva qu’il comptait bien dompter sur l’heure, et se trouvant là une excellente excuse de l’approcher en douceur.

    Sans demander l’avis de qui que ce soit, il passa derrière le bar, ne se souciant absolument pas du fait que sa tenue, chemise bleue sur t-shirt noir et jeans délavé, fasse excessivement tâche à côté des costards de rigueur du personnel. Il accosta la serveuse qui était retournée à ses occupations et lui demanda ce qui n’allait pas. Elle lui expliqua alors qu’elle avait oublié la feuille de menthe dans la double vodka on the rocks de la star. James lui adressa un sourire à tomber raide, la faisant rougir, et la remercia, lui donna une petite tape sur les fesses avant de se saisir d’un verre et de recomposer la boisson au goût de Marina. Ceci étant fait, il s’approcha de la déesse, restant toujours derrière le bar comme un serveur lambda, et lui tendit le verre où trônait la feuille de menthe, son habituel sourire lascif et nonchalant illuminant ses traits.

    ‘Ces serveuses… Un rien les émeut.’

    Petite pause durant laquelle leurs regards se croisèrent, puis il reprit :

    ‘Un verre ?’


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marina Spinetti
Actrice
avatar

Nombre de messages : 5
Age : 28
Date d'inscription : 24/05/2010

Feuille de personnage
Age: 26
Armes: Bagues à poison
Equipement:

MessageSujet: Re: Inauguration   Jeu 27 Mai - 18:50

    Déjà excédée par le peu de professionnalisme du personnel, Marina se dit que la soirée n'aurait pas pu commencer plus mal, c'était exagéré bien sûr, mais pas selon le point de vue de la jeune femme à qui tout était dû.
    Touchant à peine à son verre, puisqu'elle ne le désirait pas sans menthe, elle jeta un regard furtif à l'un de ses gardes du corps, tapis dans un coin de la salle, pas complètement incognito mais tâchant de se fondre dans la masse du mieux qu'il le pouvait.
    Partout où elle allait, il y avait toujours un petit contingent de gardes du corps pour l'encadrer. On ne peut jamais prédire quand un fan un peu trop hystérique s'attaque à vous, ou un terroriste, ou un assassin étant donné que la ville en était remplie, ou que sais-je encore. Leur présence la rassurait même si elle devait bien admettre qu'ils étaient tous de parfaits étrangers pour elle, sauf peut-être le chef de la troupe, Antonio dont elle connaissait le nom et se tenait au courant de l'état familiale; de quoi avoir l'air d'y porter attention, quelqu'un lui avait dit un jour, qu'il valait mieux entretenir de bonnes relations avec la personne qui peut vous sauver en cas de danger.

    Marina ne s'étonna pas que personne ou presque, ne l'ait encore accostée, il était stipulé dans son contrat qu'on ne pouvait l'approcher qu'à une certaine distance, c'était aussi pour cela que ses gardes du corps étaient là, car tout le monde n'était pas au courant de cette condition. Cependant, il y avait quand même quelques exceptions, comme de grands réalisateurs ou d'autres gens du milieu qui seraient là pour lui faire une proposition, même si il était plus courant qu'ils lui téléphonent personnellement pour cela. Certains hommes, pour peu qu'ils soient élégants, pas trop vieux et immensément riches étaient également autorisés à lui offrir un verre, mais c'était à peu près tout.

    La jeune femme se disait qu'elle ne serait pas mécontente que cette soirée se termine, son mal de crâne empirait, et il fallait bien l'admettre, elle s'ennuyait à mourir. Son agent lui avait réservé une suite dans cet hôtel, la suite habituelle, celle décorée de meubles prestigieux datant des années 1920 , ce que Marina aimait à appeler la belle époque. Oh ça c'est certain, elle aurait préféré être là-bas plutôt que de parader ici.

    Une voix la tira alors de ses réflexions.
    Elle leva ses yeux émeraudes vers l'inconnu qui, de l'autre côté du bar, lui tendait un verre; le même que précédemment mais orné d'une feuille de menthe. La jeune femme hocha la tête en signe de remerciement tout en repoussant l'autre toujours plein.
    Pourtant quelque chose l'intriguait chez cet inconnu, oh il était certes charmant, mais quelque chose n'allait pas, cela venait sûrement de sa tenue vestimentaire qui n'allait pas du tout avec le cadre de la soirée, il avait l'air débraillé. Ce qui poussa Marina à jeter un autre regard furtif à son garde du corps qui lui fit un signe de tête, signifiant qu'elle pouvait boire, il semblait donc que quelqu'un se soit bien assuré qu'on ait pas versé une quelconque drogue dans son verre, il valait mieux être prudent.

    Marina y trempa alors ses lèvres, n'ayant finalement pas le coeur à boire ce soir là.
    Curieuse, elle posa alors une question à ce qui semblait être un barman :


    - Etes-vous le neveu du patron ou quelque chose comme ça?

    C'était bien là la seule explication qu'elle pouvait trouver à un tel accoutrement, d'ailleurs, maintenant qu'elle y songeait, c'était assez offensant en quelque sorte, car tout le monde était au courant de sa venue, il aurait quand même pu faire un effort vestimentaire après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James MacCarthy
Médecin
avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 01/06/2008

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Armes: Poignard, drogues de sa propre composition
Equipement: Trousse de médecine

MessageSujet: Re: Inauguration   Mer 2 Juin - 0:44

    La diva pouvait boire tranquille, cette fois-ci, son verre était safe. Pourtant, elle minaudait, buvant du bout des lèvres comme si elle se fut méfiée, ou que tout simplement elle n’avait pas tant envie de boire que ça. Cela importait peu de toute façon, le contact était établi. James s’était accoudé nonchalamment sur le bar, toujours du côté serveur, son attaché case coincé entre ses pieds à terre. Il attendait, en silence, que Spinetti fasse une quelconque remarque. Ce qui arriva finalement. Aouch ! Ca, ça faisait mal. Enfin, James aurait du s’attendre à quelque chose du genre, puisqu’il avait œuvré, lors de leur première rencontre, à faire en sorte qu’elle ne se souvienne pas de lui. Mais de là à confondre son standing avec celui d’un simple pistonné… Le neveu du patron. Tsss. Il valait mieux que ça quand même, non ? Quoiqu’il en fût, il ne perdit pas de sa prestance, et son sourire ne flancha pas d’un millimètre. Au contraire, il ne fit que s’agrandit, comme s’il eut été amusé de la remarque de Marina. Il se passa une main dans les cheveux, comme il le faisait très régulièrement de façon machinale, puis s’accouda à nouveau sur le bar, se penchant un peu vers la grande star, avant de répondre :

    ‘Vous êtes irrésistible, mademoiselle Spinetti.’

    Il prit un verre, et se servit sans gêne un autre Chivas dont il prit une gorgée, ne quittant jamais Marina des yeux, puis reprit :

    ‘Désolé, mais je ne suis pas le neveu du patron. Cela vous aurait plu, peut-être ? Un fantasme inavoué ?’


    Il eut un petit rire.

    ‘Non, j’imagine que non. Pardonnez cette tentative d’humour plus que pitoyable. Ce sont les nerfs. Cette situation est assez impressionnante aussi. La grande Marina Spinetti, ainsi en face de moi… Que de souvenirs. Sauf que dans ceux-ci, vous aviez un peu moins de vêtements.’

    James restait volontairement vague dans ces déclarations. Il espérait que Spinetti allait s’énerver. De toute façon, il avait le dessus, et le lui faire savoir serait un réel plaisir. Il voulait simplement prendre les choses en douceur. Prendre son temps. Planter le décor. Après tout, il n’était pas si mauvais que cela…

    ‘Vous avez l’air un peu dépitée par votre boisson. Souhaitez-vous que je vous serve autre chose ? Ce Chivas est absolument divin, si cela vous intéresse. Soixante ans d’âge, un grand cru. Hors de prix. Un peu comme vous… Les soixante ans d’âge en moins, cela va de soi.’

    Il prit une nouvelle gorgée, scrutant toujours Spinetti droit dans les yeux. Puis il se redressa vivement.

    ‘Oh mais, suis-je bête. Vous allez continuer à me prendre pour le neveu du patron si je ne me décide pas à faire les présentations. Enfin… Les représentations, sans mauvais jeu de mot.’

    Il ramassa son attaché case et passa alors de l’autre côté du bar, venant s’asseoir juste à côté de Marina. Il lui prit la main, sur laquelle il déposa un baiser, et dit :

    ‘James MacCarthy, pour vous servir.’


    Ceci le fait rire, car cela semblait bien loin de ce qu’il avait alors en tête.

    ‘Alors, vous êtes sûre que vous ne vous souvenez pas de moi ?’


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marina Spinetti
Actrice
avatar

Nombre de messages : 5
Age : 28
Date d'inscription : 24/05/2010

Feuille de personnage
Age: 26
Armes: Bagues à poison
Equipement:

MessageSujet: Re: Inauguration   Dim 6 Juin - 12:28

    Donc il n'était pas le neveu du patron, cela ne le fit pas le moins du monde remonter dans son estime, quelle indécence vraiment, et que faisait-il derrière le bar? Peut-être était-ce un ancien serveur que l'on avait renvoyé et qui tenait absolument à la rencontrer, ou peut-être autre chose, en tous cas, une chose était claire, ce n'était pas normal.

    Cela dit, elle l'écouta patiemment débiter tout un tas de choses insensées sans broncher. D'ailleurs, elle n'était pas non plus certaine de la façon dont elle devait prendre son compliment si c'en était bien un tout du moins, ni ces histoires de fantasmes qu'elle trouvait légèrement déplacées. Mais il semblait s'en amuser, aussi le laissa-t-elle continuer, sans lui porter grand intérêt.

    Ce ne fût que lorsqu'il aborda les souvenirs d'elle moins vêtue qu'elle réagit, une réaction presque imperceptible d'ailleurs que ne se manifestait que par un léger haussement de sourcils. Toujours en gardant le silence, elle se demandait bien ce que cela voulait dire, puis la réponse se fit claire dans son esprit, il ne pouvait s'agir que des quelques films qui, sans être classés X, la montrait quelque peu dévêtue. Marina n'était pas exhibitionniste pour un sous, elle préférait garder cela pour quelque chose de plus intime, mais elle n'avait pas eût tellement le choix, c'était la mode du moment, il était très rare qu'une actrice n'ait pas à se dévêtir aujourd'hui pour l'un ou l'autre rôle.
    Encore un fan obsédé? Peut-être bien, d'ailleurs ses tentatives de séduction et ses comparaisons d'elle avec du Chivas commençaient sérieusement à l'endormir, mais tant qu'il n'était pas agressif, elle ne comptait pas bouger; elle était assez bien payée pour rester jusqu'à une certaine heure dans ce bar, question de publicité pensait-elle, et elle le ferait. De toutes façons, elle n'était pas sûre de ne pas tomber sur quelqu'un de pire si elle changeait de place, alors autant rester là.


    - C'est une charmante attention, mais non merci, répondit-elle, ne cachant d'ailleurs pas son ennui, lorsqu'il lui demanda si elle voulait boire autre chose.

    Elle ne désirait pas vraiment se faire servir autre chose par quelqu'un qui ne portait même pas le costume du serveur de base et qui n'était sûrement là que par pur fanatisme.

    C'est alors qu'il passa de l'autre côté du bar, venant prendre place à ses côtés. Marina recula quelque peu, n'aimant la proximité que prenait les choses. Puis il se présenta, ou comme il venait de le signaler, se RE présenta. Marina n'avait aucune idée de ce qu'il voulait dire par là, bien que son visage lui semblait quelque peu familier. Il se pouvait très bien qu'il lui ait déjà crié son nom derrière une corde rouge alors qu'elle passait sur un quelconque tapis rouge ou bien encore qu'il lui ait demandé son autographe dans la rue...elle n'en avait vraiment aucune idée.

    Un sourire quelque peu embarrasser, alors qu'elle ne l'était pas du tout, vint se poser sur ses lèvres alors qu'elle répondait :


    - Hum non, vraiment désolée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James MacCarthy
Médecin
avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 01/06/2008

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Armes: Poignard, drogues de sa propre composition
Equipement: Trousse de médecine

MessageSujet: Re: Inauguration   Jeu 5 Aoû - 23:48

    Un sourire embarrassé vint étirer les lèvres de la diva. James ne savait réellement si elle jouait la comédie ou non. Après tout, c’était son métier, et elle avait beau être très belle, cela ne l’empêchait pas de jouer admirablement bien. Mais peu lui importait qu’elle lui soit indifférente ou non. Les choses allaient bientôt prendre une tournure bien plus amusante, sauf si bien sûr elle décidait de subitement prendre la poudre d’escampette… Mais cela aurait fortement étonné notre médecin baratineur.
      ‘Bien, bien ! Oh, ma chère, ne prenez pas cet air contrit ! Après tout, il est parfaitement normal que vous ne vous souveniez pas de moi. Le contraire eut été décevant, en tous cas pour moi car, voyez-vous, cela aurait voulu dire que mes petites substances personnelles ne sont pas encore au point.’
    Il fit une pause tout en la regardant de ses yeux perçants et avec son petit sourire éternellement railleur et très certainement agaçant. A cet instant, il jouait d’ailleurs plus sur ce côté désagréablement titillant que sur la séduction. Cela l’aurait amusé de voir Marina s’énerver contre lui, cela n’aurait rendu la situation que plus croustillante lorsqu’il lui démontrerait noir sur blanc en quoi il était tout puissant sur elle. Il reprit :
      ‘Oui ma chère. Nous nous sommes déjà rencontrés. Et durant cette rencontre, vous avez eu le privilège d’être le sujet d’une curieuse expérience qui, je le constate maintenant, s’est révélée positive. Oh rassurez-vous ! Vous n’avez rien eu d’un cobaye. Je ne me serais pas permis de prendre de risque. Néanmoins, mes petits sérums se sont parfois révélés instables, et ce petit bébé que vous avez ingéré est une de mes dernières créations.’
    Il affichait un air jovial et excité.
      ‘Parfois, je suis comme un gamin avec sa boîte du petit chimiste ! On ne sait jamais si on va réussir à ravoir le même résultat. Mais je devrais me faire suffisamment confiance. J’ai de l’expérience, après tout. Mais c’est plus fort que moi ! Mon métier est tellement excitant, je ne m’en suis jamais lassé ! Mais je diverge, je diverge…’
    Il s’était un peu amusé à faire traîner le suspens après avoir révélé un minimum d’information. L’heure était venue de passer aux choses sérieuses. Il se reprit, toussotant pour la forme.
      ‘Je disais donc, très chère, que vous avez pris par à une expérience amusante. En effet, vous avez tout oublié de ma personne en seulement quelques minutes après que nous nous soyons quittés lors de notre entrevue. Quelle entrevue, me direz-vous ?’
    Il eut un sourire carnassier.
      ‘Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’en garde un souvenir très… brûlant ! Mais commençons par le début : ce soir-là était l’avant-première de votre film, ‘Souffle d’été’.’
    Il prit une gorgée de whisky avant de continuer, l’air un brin rêveur.
      ‘Un chef d’œuvre s’il en est ! Bien que j’eusse été un peu déçu du cadrage lors des scènes intimes avec votre partenaire… Ah, heureusement, ma frustration a été rapidement comblée par la suite ! Il ne vous fallut qu’une coupe de champagne pour accepter de me suivre à l’hôtel…’

    Sur ce, il resta évasif. Les choses étaient suffisamment claires pour que Marina comprenne ce qu’il s’était passé. Il aurait aussi fallut être le dernier des imbéciles pour ne pas saisir… Ce fut alors qu’il tapota de façon insistante son attaché case.
      ‘Si les détails de cette soirée ne vous reviennent toujours pas en mémoire, chère Marina, sachez que j’ai ici, avec moi, tous les détails filmés de notre entrevue.’
    Il se pencha vers elle, son regard et son sourire devenus maintenant clairement pervers et malveillants.
      ‘Une petite projection privée vous tenterait-elle ?’



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marina Spinetti
Actrice
avatar

Nombre de messages : 5
Age : 28
Date d'inscription : 24/05/2010

Feuille de personnage
Age: 26
Armes: Bagues à poison
Equipement:

MessageSujet: Re: Inauguration   Ven 6 Aoû - 23:20

    Ce type était définitivement de plus en plus louche, après tout, si elle l'avait réellement oublié, ce le cas contraire c'était avéré vrai, ce n'aurait pas été lui qui aurait dû être déçu, bien au contraire, il aurait dû être très fière qu'elle se souvienne de lui.

    Et maintenant il se mettait à parler d'expérience dont elle avait été le sujet? Mais qu'est-ce qu'il entendait par là? Marina savait très bien qu'elle aurait dû appeler la sécurité, mais quelque chose l'empêchait de le faire. Peut-être cette histoire d'expérience d'ailleurs, il prétendait qu'elle l'avait oublié à peine quelques minutes après leur entrevue, voilà qui n'était pas tellement surprenant au fait, elle portait très peu d'attention aux gens qu'elle ne faisait que croiser, surtout depuis qu'elle savait qu'elle pouvait avoir qui elle voulait.

    Puis il en vint à lui parler de l'avant-première de "Souffle d'Eté", l'une de ces bluettes à la noix qui avait eu du succès parce qu'on l'y voyait à moitié nue, enfin, ça c'était son avis, elle n'avait jamais comprit pourquoi ce film avait eu autant de succès alors qu'à ses yeux, c'était un réel flop. Mais elle était une assez bonne actrice et se consolait en se disant que c'était peut-être à cause de cela, même si elle croyait plus en sa première hypothèse.

    Elle tenta de se remémorer ce soir là, mais pas moyen, par contre, il avait été assez explicite, elle avait couché avec lui ce soir là. Bon pourquoi pas après tout, cela arrivait tout le temps, elle couchait sans arrêt avec des types qu'elle ne reverrait sans doute jamais, alors pourquoi essayer de s'en rappeler?

    Ce qu'elle apprécia très modérément, c'est qu'il l'appelle Marina, ils avaient beau avoir couché ensemble, ils n'avaient pas garder les cochons ensemble tout de même !


    - Mademoiselle Spinetti, nous avons peut-être été très intimes, mais je garde au moins ce privilège !

    Voilà qu'il parlait d'une projection? Cette petite ordure les avait filmés en pleine action?! Merde, mais enfin, pourquoi est-ce qu'elle n'avait pas été plus prudente? Maintenant, il avait de quoi la faire chanter.

    Elle hocha vivement la tête, indiquant qu'elle voulait bien voir ça, après il lui révélerait sûrement les détails du marché qui aurait lieu après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James MacCarthy
Médecin
avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 01/06/2008

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Armes: Poignard, drogues de sa propre composition
Equipement: Trousse de médecine

MessageSujet: Re: Inauguration   Lun 9 Aoû - 2:46

    James avait étouffé un petit rire lorsque la diva s’était piquée de se faire familièrement appeler par son prénom, et avait froidement rappelé notre médecin à l’ordre. Jamais il ne s’était douté qu’elle se laisserait facilement démontée – sans mauvais jeu de mot. En revanche, il ne s’était pas réellement attendu à ce qu’elle accepte sa proposition de projection privée. A vrai dire, il s’était plus laissé aller à la rhétorique qu’autre chose ! Son sourire se figea alors l’espace d’une ou deux secondes, avant qu’il ne se mette à rire clairement.
      ‘Ah, miss Spinetti ! Je crois que nous n’avons pas fini de nous étonner l’un l’autre !’

    Il essuya une petite larme de rire qui avait perlé au coin de son œil gauche, puis toussota et tira machinalement sur son col de chemise, reprenant contenance. Il reprit alors de son ton douteusement sulfureux :
      ‘Je vois que vous n’êtes pas du genre à vous laisser marcher sur les pieds. Bien, très bien même. Cela n’en rendra les choses que plus intéressantes. J’aime les femmes de caractère ! La platitude m’a toujours ennuyé, aussi bien sur le plan du discours que sur le plan physique, si vous me suivez.’
    Il sortit son portable et se mit à chercher un numéro dans son répertoire qui était fort garni.
      ‘Allons, assez de bavardages. Je crois deviner que vous avez hâte d’en venir au fait. Qu’il en soit ainsi ! Puisque vous avez l’air impatiente de voir ces images, je vais nous arranger un petit coin où nous serons tranquilles pour nous adonner à ce charmant visionnage,’
    débita-t-il avec un sarcasme non dissimulé.
    Ayant trouvé le numéro qu’il cherchait, il appuya sur la touche d’appel et porta le combiné à son oreille.
      ‘Veuillez m’excuser un instant,’ lança-t-il à Marina avec une politesse exagérée alors que la tonalité de sonnerie résonnait à son oreille. ‘Oui, bonsoir. Docteur James MacCarthy à l’appareil…’
    Son interlocuteur dit quelque chose, et James eut un petit rire.
      ‘Oui, cela même… Dites-moi mon brave, je souhaiterais avoir une de vos suites pour la nuit… Cette nuit même… Oui, ce soir… Aujourd’hui, quoi !’ lâcha-t-il avec une pointe d’agacement.

      ‘Ah oui, bien sûr je vois. Mais vous semblez oublier à qui vous avez à faire, mon vieux. Si vous avez un doute, checkez vos registres, et je suis sûr que vous découvrirez que vous avez une suite de disponible pour moi ce soir. Si si, allez-y, prenez votre temps, je ne bouge pas d’ici.’
    L’air goguenard, James attendit, le téléphone sur l’oreille, pianotant des doigts sur le comptoir du bar. Il fallut moins de vingt secondes avant que son visage ne s’éclaire d’un air de triomphe. Il reprit :
      ‘Ah, vous voyez, quand vous voulez ! Merci mon brave. Je passerai prendre les clefs à la réception… Dans une minute ! Car je me trouve actuellement au bar, vous l’avez échappé belle n’est-ce pas ? Hahaha !’ lança-t-il joyeusement avant de raccrocher sans rien ajouter de plus.

    Il remit son téléphone en poche et se leva. Prenant son verre en main, il en vida le contenu en une gorgée et le reposa ensuite d’un geste sec. Puis, il tendit sa main à Marina, l’invitant à se relever elle-même.
      ‘Si mademoiselle veut bien se donner la peine, je la conduis séance tenante à sa chambre.’
    Il l’entraîna alors à sa suite en direction du grand hall d’entrée et se dirigea immédiatement vers la réception où un employé à la calvitie naissante semblait ne pas en mener large depuis que James était entré dans son champ de vision. James alla s’accouder au comptoir, plantant son regard dans celui du réceptionniste et tendit la main sans mot dire. L’homme s’empressa de lui tendre un trousseau de clefs agrémenté d’une plaque métallique où le nombre 866 était gravé avec style. Il osa timidement lui désigner le registre ainsi que l’appareil à emprunte de carte de crédit. Toujours silencieusement, James annota et signa le registre, puis tendit sa carte qui sembla filer de sa main à l’appareil, puis de nouveau dans sa main en l’espace d’une fraction de seconde. Une fois cela fait, sans plus de cérémonie James se dirigea vers les ascenseurs, faisant signe à Marina de le suivre. Il appuya sur le bouton d’appel. Lorsque les portes coulissèrent devant eux, James invita Marina à passer en premier, puis la suivit courtoisement à l’intérieur. Il appuya alors sur le bouton du nonante sixième étage, après avoir fusillé du regard un couple d’octogénaires qui avait osé s’approcher en espérant pouvoir entrer à leur suite mais qui semblaient avoir soudainement changé d’avis.

    L’ascension fut relativement rapide. Ce durant, James conserva le silence, mais en revanche, il ne quittait pas Marina des yeux, lui adressant un sourire à la fois charmeur, moqueur et malveillant. Lorsque les portes s’ouvrirent devant eux, il sortit en premier et fit signe à la jeune femme de le suivre. Il s’engagea dans le couloir avec une allure décidée. Manifestement, il connaissait bien les lieux. En effet, ce fut sans hésitation et sans vérification qu’il s’arrêta devant la porte numéro 866. Il y introduisit la clef. Le bruit du mécanisme électronique à reconnaissance d’emprunte nano gravée se mit en branle. Puis un petit bip retentit. James poussa la porte et, s’écartant, se permit une petite révérence ironique en invitant Marina à pénétrer dans la suite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inauguration   

Revenir en haut Aller en bas
 
Inauguration
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PAS: Inauguration d’un restaurant communautaire à Delmas
» Inauguration du Bureau Haitien du Droit d'Auteur
» Inauguration du Pont sur la Rivière Pendu
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Inauguration [MJ Dédale]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ataxia : nouvelle génération :: Ataxia :: Quartier des affaires :: Hôtel Olympia-
Sauter vers: