Ataxia, la capitale d'un monde chaotique où le pouvoir découle de la richesse et de la terreur.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Elizabeth Levy

Aller en bas 
AuteurMessage
Elizabeth Levy
Espionne
avatar

Nombre de messages : 359
Age : 27
Société : Schya
Formation : Technique policière et criminologue
Citation : «L'art d'être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l'art de réussir»
Date d'inscription : 26/11/2007

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Armes: Desert Eagle noir et un petit couteau
Equipement:

MessageSujet: Elizabeth Levy   Lun 26 Nov - 3:13

Eh oui! Elizabeth Levy est de retour! ^^

Prénom : Elizabeth
Nom : Levy
Age : 24 ans
Formation : Formation en technique policière et criminologue (pour devenir détective privée)
Société : Schya
Rang : Espionne


Armes :
- Un petit couteau qu'elle met au niveau de sa cuisse gauche. Il est très tranchant et c'est une arme de secours. Il reste en place grâce à une petite ceinture de cuire noire. Il est aussi dans un étui donc elle ne risque pas de se trancher la chair.
- Un Desert Eagle noir. Il est cacher de manière à ne pas se douter de sa présence.

Équipement : Des balles de rechanges pour son fusil et quelques fioles remplis d'un poison mortel au bout de 4 jours. Une seule goûte suffit pour achever quelqu'un. D'abord il est translucide comme de l'eau et il a ni odeur ni couleur. De plus, il est indétectable.

Physique : Elizabeth a les yeux bleus, les cheveux longs noires, mais qui peuvent paraître bruns aux lueurs naturelles comme les rayons du soleil. Ses yeux lui donnent un air innocent ce qui l'aide beaucoup en tant qu'espionne, mais ils lui donnent aussi un air mystérieux qui fait qu'on veut réellement connaître qui elle est. Elle relativement grande, 5pi8, mince, 115 livres. Elle a vraiment le physique d'une véritable espionne puisque son apparence laisse paraître qu'elle est innocente, adorable. Elle s'entraîne régulièrement pour garder sa silhouette et pour être en forme. Elle a la peau douce et des lèvres pulpeuses. C'est une fille irrésistiblement ravissante. Elle a tendance à porter une robe noire. Sa garde-robe est très variée, certes, mais ses habits de travail se limitent au noir, autant dans les tailleurs que les robes.

Caractère : D'abord charmante, elle séduit ses victimes par l'intermédiaire de la persuasion, elle est très douée, et la séduction. Elle se fait mystérieuse pour attirer l'attention et n'hésite pas à utiliser ses yeux et ses sourires charmeurs pour séduire. Tantôt très sympathique, presque irréprochable, elle devient très vite très forte de caractère et têtue lorsque c'est le temps. Elle sait ce qu'elle et ferait tout, même l'impossible pour obtenir ce qu'elle désire. Un peu prétentieuse et capricieuse, elle aime courir les risques par tous les moyens et tous les sens du terme. Mais derrière cette âme brute, se cache une âme tendre et passionnée. Quand elle était jeune, elle était adorable. Très jeune, elle s'est forgée une carapace de brute et de tête de cochon, car elle voulait attirer l'attention à l'école. Elle aime aller de l'avant et être admirée. Son côté plus brutal est le fruit de ses durs années à l'école alors qu'elle ne faisait pas vraiment partie de «la Clique». Elle a toujours été une personne révoltée, un manque flagrant d'attention de la part de ses parents. Cependant, son côté plutôt «mignon» et adorable s'est formée alors qu'elle a débuté à prendre des cours de théâtre. Ses parents ont pensé que cela l'aiderait à extérioriser ses démons. Et ça a fonctionné...devant eux. Devant les autres, elle restait la fille redoutée. Ses cours de théâtre lui permirent, donc, de se créer une sorte de deuxième personnalité.

Histoire :
Vous voulez connaître son histoire? Eh bien, laissons le soin à Elizabeth de vous la raconter.

Je m'appelle Elizabeth Levy. Enfin, c'est comme ça que mes parents m'ont appelé. Plutôt banal vous ne trouvez pas? Mes parents ont probablement voulu équilibrer avec mon nom de famille et c'est pour ça qu'ils m'ont appelé Elizabeth, leur unique fille. Vous pensez sûrement que, étant donné que j'étais seule, j'étais surprotégée, bien entourée et que, surtout, je recevais toute l'attention que je désirait? Eh bien, jeunes gens, détrompez-vous. Je ne suis guère cette enfant gâtée et capricieuse, étiquette donnée aux enfants uniques. D'une certaine façon, oui j'ai été capricieuse. Mais bon, venant d'une famille aisée, c'est plutôt normal.

Pour faire court sur ma naissance, je suis née un vendredi 13, soit en octobre alors que ma mère venait de vivre des heures en compagnie du diable dans la salle d'accouchement. Apparemment que ça été pénible. Cependant, je n'ai jamais su si j'étais réellement une enfant que l'on désirait concevoir. On m'a dit que j'avais été conçu alors que mes parents s'étaient soûlés à s'en rendre malade et avaient fait les fous pendant toute la nuit. Serait-ce ça une nuit de noces? Peu importe. Je suis née une nuit de tempête. C'est probable que ce temps est dû à ma personnalité ravageuse et incontrôlable. Enfin, j'irai pas à demander à quelqu'un ce qui en pense. J'ai eu une enfance normale, recevant des tas et des de cadeaux. C'est peut-être les seules années de ma vie où mes parents m'ont accordé leur attention. Pendant, euh...je dirais, 7 ou 8 ans. Comme ils étaient de montrer mes photos de classe, proprement vêtue et joliement coiffée. Une vraie petite princesse disait-on.

Puis, un jour, tout s'est mis à déraillé. Vous savez, vers l'âge de 8-9 et même 10 ans, ce sont ces années-là qui détermineront qui nous serons: un sportif, un ringard, une reine de bal, un/une solitaire ou encore sympa. Ces types de gens stéréotypés très jeunes de part leur personnalité et les gens qu'ils fréquentent. Dès le départ, j'ai été une solitaire. Mais j'étais contre cette étiquette qu'on m'avait posé sans que je dise mon mot. Je me suis, donc, révoltée, devant une véritable terreur. Ha! *petit rire*. Je me souviens qu'on m'avait même donné le surnom de Miss Terreur à l'époque. Une vraie peste. C'est à ce moment-là que mes parents m'ont délaissé. Probablement honteux de montrer, désormais, les photos de classe de leur princesse maintenant détrônée. C'est étrange tout de même. Pourquoi m'avoir abandonné de cette manière alors que je criais à l'aide à l'intérieur de moi? Enfin, je ne leur parle plus alors, je me fiche carrément d'eux et de ce qu'ils m'ont fait.

Je me souviens que mes parents m'ont fait prendre des cours de théâtre pour me défouler, faire sortir mes démons. Ça a fonctionné seulement devant eux. Ils ont cru que j'étais devenue la fille qu'ils avaient toujours désirée avoir. Mais au fond de moi, je restait cette rebelle et cette révoltée. Mon attitude en leur présence a changé radicalement. Pour être honnête, je les remercie, car ça m'a permis de me créer une sorte de personnalité que j'utilise aujourd'hui.

C'est à 14 ans que j'ai décidé ce dans quoi je voulais me diriger: détective privée. Résoudre des enquêtes m'avait toujours attirée. Je regardais les émissions policières à la télévision, étant réellement captivée par ces images de meurtres aussi sadiques et morbiques les unes que les autres. J'en fis part à mes parents. Je crois que c'est le seul champ d'intérêt qu'ils ont eu en commun avec moi. Ils ont tout de suite voulu s'investir dans mon éducation dans ce domaine. J'ai eu reçu une formation en technique policière avant d'aller étudier en criminologie pour devenir une détective privée. Je voulais être la meilleure. Je vais être la meilleure je me disais sans cesse.

À 21 ans, j'avais terminé toute la formation nécessaire. J'ai commencé à me trouver un emploi dans un service de police. On m'a engagé à Ataxia. J'ai, donc, déménagé là-bas, au grand désespoir de mes parents. Ils m'ont même menacé qu'ils ne me parleraient plus jamais si jamais j'allais dans cette ville où règne le chaos depuis que le président est mort et qu'elle se retrouve depuis 15 ans sans dirigeant. Cela ne me faisait pas peur. Au contraire, c'était une vie dangereuse que j'allais menée. Une vie d'action. Je les ai regardé à cette menace. Je crois que pendant un moment, ils ont cru que j'allais démissionner et me trouver un autre emploi ailleurs. Erreur. Tout ce qu'ils ont vu, et la dernière image qu'ils ont de moi, c'est leur fille franchissant le seuil de la porte d'entrée avec sa valise pleine, sa voiture remplie à rabord ainsi que la porte se refermer et claquer. J'étais maintenant libre!

Rendue à Ataxia, je me suis tout de suite dirigée vers mon lieu de travail tellement j'étais impatiente de commencer. Mais arrivée, on me dit qu'on avait trouvé quelqu'un de mieux, de plus expérimenter pour combler le poste. On m'a dit qu'on m'appelerait si jamais ils auraient besoin de moi.

«Pas nécessaire! C'est maintenan ou jamais!»

Puis, de nouveau, j'ai franchi la porte en la claquant littéralement. J'ai commencé à déambuler dans les rues, les avenues, n'ayant qu'une seule idée en tête: me trouver un emploi. C'est alors que mes pas m'ont emporté dans un quartier étrange. On m'a intercepté dans la rue et on m'a demandé ce que je faisais dans la vie.

«- Je suis détective privée. On était supposé m'engager ici, à Ataxia, mais on m'a remplacé.
- Suivez-moi Mademoiselle, je vous prie.»


Je lui suivai. Nous sommes entrés dans un building où les gens dans le hall semblaient intrigués par ma présence. Ils semblaient même méfiants. L'homme qui m'avait intercepté me fit entrer dans un ascenseur d'où on monta un nombre impressionnant d'étages. Un moment donné, l'ascenceur s'est arrêtée et a ouvert ses portes. Je suivai l'homme qui m'amena dans ce qui semblait être un bureau. Il se présenta: il était le patron de l'édifice et de l'organisation criminelle de la Schya.

«Schya?»

Répétais-je alors. Il me demanda de parler de moi, de ma vie et qui j'étais vraiment. Je lui ai, donc, fait une biographie de ma vie. Il m'écouta, à mon grand étonnement.

«Je vous engage, Mademoiselle Levy. Je crois que votre expertise nous sera utile. Et puis, vous ne serez guère remplacée ici.»

J'acceptai, ignorant ce dans quoi je m'étais engagée.

Il y a 3 ans de ça. Depuis, j'ai appris de mon lieu de travail. Cela cadrait parfaitement à ce que je voulais. Les vieux de James Bond allaient devenir une réalité pour moi. Je jubilait sur place si je me souviens bien. On me donna une clé pour mes appartements, dans le building même. Depuis 3 ans, je joue un personnage, le même que j'ai crée en présence de mes parents. Lors de mes missions, c'est elle qui prend le contrôle. Je vous la présente: Elizabeth Misery. C'est une sorte de couverture. C'est la séductrice et charmeuse, la femme adorable et innocente. La femme naïve et obéissante. Je me plais à la jouer à l'extérieur des murs de la Schya. Le boss m'a nommé espionne pour l'occasion.

Bon, je crois que j'ai fait le tour. Il se peut que vous aller en savoir plus sur moi au fur et à mesure que vous aller me connaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 30
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: Elizabeth Levy   Lun 26 Nov - 3:30

Hihi je vois que le "Miss Terreur" t'as marquée x)
Validée, bien sûr ;)
Re-bienvenue parmi nous !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Elizabeth Levy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UN BLOG POUR MARC LEVY
» Doucement Megan ! [priorité à Elizabeth]
» Cassandre Levy [Serdy]
» Présentation d'Elizabeth Stonem [Validée]
» Lumière, soleil, passion ? [Elizabeth Tudor]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ataxia : nouvelle génération :: Hors RP :: Schya-
Sauter vers: