Ataxia, la capitale d'un monde chaotique où le pouvoir découle de la richesse et de la terreur.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 71e étage : Appartement de Lily Roverandom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Mar 23 Déc - 2:25

description à venir


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Mar 23 Déc - 3:09

[DEBUT DU TOPIC N°1]




Lily ouvrit lentement les yeux et regarda dans le vide à travers un rideau de cheveux pendant quelques secondes, le temps de se réveiller complètement. Elle était pâteuse, molasse, ce qui contrastait fortement avec son état habituel, même au réveil. Mais étant donné les événements récents, il n'était pas étonnant qu'elle se trouvât dans cet état. Elle se redressa, bailla et étira ses membres engourdis par le sommeil. Elle jeta un coup d'oeil en direction de sa fenêtre devant laquelle était tirés de lourds rideaux mais qui laissaient filtrer un rayon de faible lumière grise, cette lumière typique au jour déclinant. Lily haussa un sourcil. Elle jeta un coup d'oeil à son réveil et bondit hors de son lit.

16h45 ! Impossible ! Elle était allée se coucher aux alentours de cinq heures du matin, mais tout de même ! Elle ne supportait pas de dormir autant, elle avait le sentiment de gâcher sa journée. Elle donna un coup rageur dans son oreiller. Saloperie de taré de flic de merde ! Sa saleté de drogue avait bien des effets indésirables.

Enfin... Au point où elle en était, cela ne valait même plus le coup d'essayer de faire quelque chose. Elle n'avait pas de contrat ce jour-là, et elle méritait bien un peu de repos après ses mésaventures. Elle en profiterait pour regarder quelques films. Lily était une cinéphile, mais avait rarement le temps de s'adonner à sa passion. C'était décidé ! Cette soirée serait une soirée relax. Lily oublierait son dur rythme quotidien et ne se prendrait pas la tête avec toutes ses conventions habituelles.

Elle ouvrit ses rideaux et contempla quelques secondes la ville d'Ataxia qui s'étendait à ses pieds dans la lumière déclinante de cette fin de journée d'hiver, puis se dirigea vers la salle de bain pour prendre un bon bain. Lorsqu'elle sortit de la salle de bain, elle était enveloppée dans une longue serviette immaculée, une autre toute pareille enroulée sur sa tête. Elle prit des vêtements dans son armoire, termina de se sécher et se débarrassa des serviettes qu'elle jeta pêle-mêle sur son lit. Puis elle passa ses habits : un jean noir et un pull blanc à col roulé qu'elle avait si souvent mis qu'il était déformé et bien trop large pour elle. On ne voyait même pas les formes de son corps, et il lui arrivait presque aux genoux. Elle se frotta les cheveux pour les essuyer un peu et se passa rapidement les doigts dedans pour les démêler, mais sans se préoccuper de les sécher et encore moins de les brosser soigneusement comme elle le faisait d'habitude. Elle n'allait pas non plus s'embêter à mettre du maquillage. Elle ne comptait pas sortir de son appartement ce soir-là, et encore moins voir quelqu'un. Elle allait rester enfermée chez elle à regarder des films, rien d'autre.

Elle alla dans son salon et s'installa dans son canapé qui faisait face à un mur apparemment nu. Mais Lily se saisit d'une télécommande, appuya sur un bouton et le mur s'anima en une mosaïque de petits écrans. Naviguant à travers sa vidéothèque, Lily choisit le film qu'elle regarderait et lança la lecture : Pulp Fiction. Mais alors que retentissait la musique bien connue et qui même tant d'années après était toujours aussi culte, on sonna à sa porte. Excédée, Lily fit mine de ne pas avoir entendu, mais la personne insista.

- Je ne veux voir personne !!! hurla-t-elle à l'intention de l'intrus, ignorant tout de son identité.

Cela était bien loin de ressembler à la professionnelle qu'était Lily. Mais il fallait savoir que lorsque la demoiselle n'était pas en mission, elle savait prendre toutes les libertés qu'elle souhaitait, car c'était ça qu'elle avait toujours aspiré en entrant à la Schya : être libre de faire ce qu'elle voulait. Et comme elle n'avait pas de contrat, elle n'allait pas se gêner. Si cela avait été important, on l'aurait contactée sur son portable, comme cela se faisait toujours à la Schya.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Mar 23 Déc - 3:27

Journée pourrie! Samuel aurait bien fait de ne pas se lever ce matin, car du début de ce jour jusqu'a il y a environ trois quart d'heure, ce furent les pires moments de sa vie, et encore, le mot était faible.
Rien qu'en se levant il s'était cogné l'orteil contre sa table de chevet, bien évidemment c'est assez anodin comme incident, mais c'était le premier d'une longue série, car ensuite il y eut son banquier qui l'appela pour lui signifier qu'il y avait un problème avec son compte, après cela ce fut au tour de je-ne-sais quel crétin de la police qui avait tenté d'entrer dans l'immeuble por je ne sias quelle raison, bref, la journée avait été du début à la fin une vraie misère et Samuel était on ne peut plus énervé, chose assez rare il faut l'avouer, et il était intéressant de noter que, lorsqu'il était dans cet état là, même Alexia Westfield, sa jeune soeur impétueuse sans peur, n'osait s'approcher de lui par crainte de ses réactions. Eh oui, Westfield pouvait lui aussi être de mauvaise humeur..

Il avait marché dans tout l'immeuble de la Schya pour se calmer les nerfs, la marche était une sorte d'anti-stress pour lui, mais rien n'y faisait, toutes les 10minutes on venait l'emmerder pour des choses futiles qui ne requéraient en aucun cas son approbation ou encore même son avis, bref, tout le monde s'était mis d'accord, aujourd'hui on casse les pieds du patron.
Il étrait maintenant à l'étage des appartements, il marchait sans but précis lorsqu'il s'arrêta devant la porte de Lily...Cela faisait un moment qu'il ne l'avait vue et parler avec elle lui permettrait sans doute de se changer les idées.

Il frappa alors à la porte...Pas de réponse...Il recommença et là une voix assez vive lui signifia qu'elle ne voulait voir personne....C'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase, Samuel vit rouge et frappa alors contre la porte de manière assez violente cette fois..

"Mademoiselle Roverandom, je ne crois pas que cela soit une manière de répondre à quelqu'un venant frapper à votre porte, encore moins lorsque ce quelqu'un n'est autre que votre patron, alors vous me ferez le plaisir d'ouvrir cette porte rapidement!"

Il l'avait vouvoyée, signe évident qu'il n'était pas à prendre avec des pincettes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Mar 23 Déc - 4:20

Les coups redoublèrent de force. Lily s’apprêtait à monter le son de son film pour s’isoler lorsque la voix de son tout nouveau boss retentit et, manifestement, il n’était pas dans les meilleures dispositions. Lily bondit hors de son canapé. Nom de dieu ! Il l’avait vouvoyée. VOUVOYEE ! Ça ne rigolait pas ! Elle se précipita vers le hall d’entrée, hésitant au passage devant la porte de sa chambre. Non, elle n’avait certainement pas le temps de se changer. Et encore moins de se coiffer et de se maquiller. Mais qu’est-ce que diable venait faire Westfield chez elle ? Pourquoi ne l’avait-il pas tout simplement convoquée ? L’heure devait être vraiment grave.

- Je… j’arrive !
lança-t-elle à travers la porte d’une voix paniquée.

Elle se prit les pieds dans un tapis et s’affala de tout son long par terre, se cognant la tête au passage sur une table passe. Elle poussa un gémissement de douleur et se releva en se frottant la tête. Ce n’était pas bien grave, elle en avait vu d’autres. Elle était tout de même un peu sonnée : le coup avait été violent. Mais elle mettait cela sous les effets à long terme de l’infâme drogue dont elle avait été victime. Peut-être était-ce de ceci que le boss voulait lui parler. Peut-être l’affaire avait-elle couru jusqu’à lui, et il était venu lui expliquer directement sa façon de penser… Et vu le ton de sa voix, si c’était le cas, elle risquait fortement de repeindre son appartement couleur hémoglobine… Enfin, peut-être n’était-il pas aussi radical que feu Senora, quoiqu’elle avait pu le voir à l’œuvre dernièrement et avait pu constater que sous ses airs bonhommes, il était loin d’être un vrai tendre et avait également son caractère.

Elle arriva finalement dans le hall et ouvrit la porte sans plus attendre, se retrouvant face à un Samuel Westfield qui portait sa mauvaise humeur sur son visage. Pour un peu, il aurait continué à frapper, mais sur elle cette fois-ci.

- B… Bonsoir, boss, bredouilla-t-elle, confuse. Désolée, pardon. Je n’avais aucune idée qu’il s’agissait de vous, débita-t-elle le plus dignement possible étant donnée son apparence miteuse : cheveux humides et pas coiffés, frisottant ça et là, le teint blafard et fatigué, pas de maquillage, et une tenue vestimentaire qui bien qu’elle restât correcte différait énormément de ses costumes trois pièces haute couture habituels. De plus, un filet de sang coulait le long de sa tempe, résultat qu’elle n’avait pas remarqué de sa chute quelques secondes auparavant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Mar 23 Déc - 15:09

Ah, il semblerait que miss Roverandom soit revenue à de meilleurs sentiments, Samuel venait de l'entendre dire qu'elle arrivait tout de suite, il ne fallut pas attendre longtemps pour que la porte ne s'ouvre sur une Lily dont l'apparence n'était pas ce à quoi Samuel s'attendait, elle avait plutôt l'air..Comment dire...Etrange..
Elle bafouilla quelques excuses à l'attention de son patron qui, en attendant qu'elle ouvre sa porte, s'était allumé une cigarette, il remarqua le filet de sang qui coulait le long de sa tempe, mais il était trop sur les nerfs pour être prévenant comme il en avait l'habitude, prenant une bouffée de sa clope, il fixa Lily droit dans les yeux..

"Roverandom, pouvez-vous m'expliquer le pourquoi de votre absence? Plusieurs de vos collègues vous ont cherchée durant des heures sans succès, si vous me dites que vous êtes restée dans votre chambre durant tout ce temps, ça va mal aller pour vous, je vous le promet"

Oh oui, elle devrait s'expliquer, et sa réponse avait intérêt à tenir la route, sans quoi elle passerait un sale quart d'heure, non pas qu'il lui ferai du mal physiquement, ça non, mais l'engueulade qu'elle aurait à subir ne lui ferai sûrement pas plaisir. Samuel allait parler à nouveau mais son portable sonna, il décrocha alors et répondit d'une voix sèche et glaciale..

"Quoi?.....Je n'ai pas le temps....Ecoute moi bien espèce d'incapable, soit tu te démerde pour arranger ce bordel dont tu es le responsable, soit je m'en occupe et je t'assure qu'a l'avenirs tu ne puisse manger qu'avec l'aide d'une paille, est-ce clair? Je préfère ça"

Et il raccrocha aussi sèchement qu'il n'avait décroché, reportant alors son attention sur Lily tout en soupirant, ce coup de téléphone inopiné n'avait pas arrangé les choses, au contraire. Il sortit alors un mouchoir de sa poche et le lança en direction de la jeune femme.

"Faites-moi plaisir et essuyez ce sang qui coule"

Après quoi il rentra dans l'appartement de Lily sans plus de cérémonie, les mains en poche, et il fit le tour du propriétaire. Lily put remarquer le pistolet du boss attaché à sa ceinture, simple détail...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Mar 23 Déc - 21:02

Lily respira avidement, sans s’en rendre compte, la fumée de cigarette de Westfield, sentant le besoin immédiat de nicotine en situation stressante. D’un geste réflexe, elle porta la main à sa poitrine pour en extraire un paquet de la poche intérieure de sa veste pendant que Westfield engueulait copieusement un de ses subordonnés au téléphone. Mais Lily ne portait pas de veste. Elle portait un pull miteux et n’avait pas de cigarettes sur elle. Et c’était peut-être mieux comme ça, car étant donné l’humeur massacrante de Westfield, elle craignait qu’il ne le prenne mal si elle se permettait de fumer tranquillement devant lui. Il ne lui laissa pas le temps de répondre et passa devant elle pour entrer dans ses quartiers, inspectant les lieux comme s’il était en visite avec l’intention d’acheter. Lily haussa un sourcil, complètement déconcertée. Elle avait l’impression d’être en présence d’un tout autre homme que celui à qui elle avait eu à faire dans le bureau du boss quelques quinze jours plus tôt. Cet homme était coléreux, glacial, ferme, autoritaire… puissant, donc. Un petit frisson remonta le long de sa colonne vertébrale. Un frisson qui n’était pas uniquement provoqué par la terreur. Elle jeta un coup d’œil dans le miroir et constata qu’en effet, un filet de sang coulait le long de sa tempe. Elle l’essuya d’une main légèrement tremblante.

Elle ferma la porte de son appartement et s’élança à la suite de son patron qui se trouvait maintenant dans le salon, près du bar de sa cuisine américaine. Elle s’approcha respectueusement – respectueusement – et vint se placer de l’autre côté du bar. Elle posa ses mains à plat sur la surface de marbre noir et, alors qu’elle ouvrait la bouche pour donner les explications que le boss réclamait, elle avisa l’arme qu’il portait à sa ceinture. Cela n’avait rien de surprenant puisqu’il s’agissait d’un organisme criminel et que tout le monde était armé, mais étant donné les circonstances, cela ne pouvait qu’évoquer à Lily des pensées funestes. Finalement, elle se lança, d’une voix tendue mais décidée :

- Je suis rentrée au QG vers six heures du matin, et je viens de me réveiller. Je me serais levée plus tôt mais il se trouve que j’ai été droguée contre ma volonté la nuit dernière et que les effets de cette drogue m’ont fait dormir bien plus longtemps que la normale. Comme je n’avais aucun contrat aujourd’hui je me suis dis que j’allais me reposer étant donné les événements de la nuit dernière.

Devait-elle expliquer en détails ce qu’il s’était passé ? Devait-elle avouer qu’elle s’était faite avoir comme une bleue ? Oui, elle le devait, pour le bien de la Schya. Ce Stryker était dangereux, ce n’était pas le premier venu. Il était déjà connu dans le milieu, mais elle devait signaler cet épisode à son patron, car si elle avait pu se faire berner, cela pouvait arriver à n’importe qui d’autre.

- Westfield, ce policier, William Stryker. Il m’a dupée, il m’a enlevée, droguée, torturée.


Nul besoin n’était de préciser la nature de la torture en question. Lily se sentait suffisamment honteuse comme cela.

- Ce type est réellement dangereux, et dérangé. Il est complètement fou. C’est grâce à sa folie furieuse que je m’en suis sortie. Il m’a laissée repartir, je ne sais trop pourquoi. Il est totalement instable. Ce n’est pas n’importe qui. Il voulait des informations sur la Schya.

Elle fit une pause, puis reprit, d’une voix sincère :

- Je n’ai rien dis.

Elle baissa les yeux, contemplant ses mains, attendant une réaction de Westfield. Peut-être en avait-elle trop dit d’un coup. Peut-être aurait-elle du attendre qu’il ne l’interroge plus en avant sur ce qu’il s’était passé. Il avait demandé une explication, pas des informations. Mais Lily sentait qu’il était de son devoir de le mettre au courant, et regrettait d’avoir été aussi égoïste à son réveil. En toute logique, elle aurait dû filer à son bureau immédiatement pour tout lui expliquer. Foutue drogue. A cause de cette substance, elle n’était décidément pas en possession de tous ses moyens. A cause de cette substance, elle avait été médiocre. Elle sentit la colère monter en elle, alors qu’elle prenait pleinement conscience de ce qu’il s’était passé, comme si elle venait tout juste de se réveiller et que les événements revenaient seulement maintenant pleinement à son esprit. Etait-ce à cause des effets à retard indésirables de cette drogue ? C’est ce qu’elle pensait, car un tel comportement ne lui ressemblait pas. Mais elle n’osait prendre la parole pour expliquer tout ceci à son patron, ayant le sentiment qu’elle en avait déjà beaucoup dit. Elle attendrait qu’il lui pose des questions pour, s’il le fallait, s’expliquer sur le sujet. En attendant, elle espérait qu’il serait assez radoucit par la preuve de fidélité qu’elle avait faite envers la Schya en restant muette face à la torture pour ne pas lui exploser la cervelle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Ven 26 Déc - 0:41

Se tenant debout dans l'appartement de Lily, Samuel écoutait les explications de cette dernière sans prononcer le moindre mot, donnant l'impression de n'en avoir rien à faire alors qu'au contraire, il saisissait le moindre mot, le moindre geste et le moindre changement d'intonation dans la voix de Lily, la fixant de son regard qui, contrairement à d'habitude, se révèlait être d'une froideur à tuer sur place quiconque le regarderait dans les yeux.
Ainsi donc, la grande Lily Roverandom avait été capturée et droguée? Eh bien, elle ne le savait pas encore mais elle venait de fortement décevoir Samuel qui s'attendait à bien mieux d'un des meilleurs éléments de la Schya, il en poussa même un soupir dédaigneux.

Par contre, l'évocation de Stryker lui fit grincer les dents et son regard s'assombrit un peu plus, ce salopard, cette chiure, ce...ce sale flic, ce n'était pas la première fois qu'il faisait parler de lui et jamais de la bonne manière, Samuel savait qu'il était dangereux, mais savoir que ce malade avait osé s'en prendre à un membre de SON organisation, là c'en était trop..Samuel serra les poings et frappa violement sur le bar en poussant une espèce d'insulte à moitié étouffée, à présent il n'en voulait plus à Lily, toute sa haine, sa rage et ses envie de meurtre étaient tournées vers une seule et même personne..William Stryker..
Il se mit alors à marcher en rond dans la pièce en marmonnant pour lui-même mais assez fort pour que Lily puisse l'entendre..

"Je vais le tuer...Le tuer.....Je repeindrai les murs de mon bureau avec ses tripes...Je lui briserai tout les os du corps un à un...Oh non, je vais le trainer derrière ma voiture...JE VAIS LE FLINGUER CE SALE CON! Je vais tellement bien m'occuper de lui que même sa pauvre mère ne le reconnaitra pas!"

Si Alexia avait été présente, elle se serait déjà planquée bien loin d'ici, car là, Samuel était dans un état de rage assez rare...Il reportat son attention lorsque Lily lui avoua n'avoir délivré aucune information à ce malade de Stryker, ce qui eu pour effet de légèrement calmer les ardeurs assassines de notre cher patron qui, pour se calmer, tira une longue bouffée sur sa cigarette, cette dernière se vit raccourcie de quelques bons centimètres en une fois, après quoi il expira lentement la fumée, les yeu fermés, comme un drogué qui venait de prendre sa dose...

"Au moins....Il est repartit bredouille....Bien joué Roverandom...Bien joué..."

Il rouvrit alors les yeux et tendit son index vers elle,les sourcils froncés..

"Mais à l'avenirs, faites plus attention à ce que vous faites bon sang! On ne peut pas se permettre de perdre des éléments tels que vous! Est-ce clair?"

Il s'était gardé de rajouter 'Et en plus de ça vous ne me laissez guère indifférent', mais bon, ça c'était dans sa tête et ça ne regardait que lui pour le moment donc silence total sur ce passage..
Il avisa ensuite le mini-bar de Lily et, écrasant sa cigarette dans un cendrier, il en ralluma une avant de reprendre la parole..

"Je prendrai bien un double whisky, avec glace, pas vous?"


Dernière édition par Samuel Westfield le Ven 26 Déc - 1:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Ven 26 Déc - 1:35

Samuel Westfield avait-il un jumeau démoniaque ? Si Lily n’avait pas été témoin du règlement de compte de la dernière fois, elle n’aurait eu aucun mal à y croire. Et encore, ce règlement de compte en question n’était rien comparé à la démonstration de colère et de violence que lui livrait présentement son patron.

Elle avait été quelque peu blessée par le soupire de dédain qu’il avait poussé, comprenant qu’il lui était destiné, et ce qui n’avait fait qu’augmenter la honte qu’elle ressentait de s’être laissée ainsi avoir et d’avoir ce jour-même fainéanté. Et cette façon si glaciale qu’il avait de la regarder… Il y avait de quoi vous pétrifier à la seconde. Et lorsqu’il avait frappé du poing sur le bar, faisant si violemment trembler le meuble que les verres et bouteilles qui étaient rangés dans les placards se mirent à s’entrechoquer en tintant, Lily avait sursauté – à sa grande honte – et son cœur s’était mis à battre encore plus rapidement sous le coup de la peur. Car oui, soudainement, cet homme lui faisait peur… Et cela ne la laissait pas indifférente. Ainsi, Samuel Westfield cachait bien son jeu. D’un regard craintif, mais admiratif, elle le regarda déambuler dans son salon, crachant sa haine contre Stryker. Elle s’appuya au bar, sentant ses jambes trembler légèrement.

Lorsqu’il se retourna finalement vers elle, elle retint un mouvement de recul. Il resta silencieux, tirant avidement sur sa cigarette, et attisant par là même le besoin qu’avait Lily de s’en griller une. Privilège patronal, de pouvoir se déstresser alors qu’elle ne le pouvait pas.

*Bien fait pour toi…* songea-t-elle amèrement.

Mais lorsqu’il la félicita, au lieu de se sentir soulagée, Lily se sentit encore plus honteuse. Elle ne lui avait pas expliqué exactement comme les choses s’étaient déroulées, et que le but premier de Stryker n’était pas d’obtenir des informations sur la Schya, mais de tester sa drogue sur, selon lui, l’un des meilleurs éléments de la Schya. Ah ! hé bien, il était beau, l’élément en question. Quelle blague… Lily se trouvait pitoyable, pour le coup. Et Westfield qui venait en rajouter une couche, disant que la Schya ne pouvait se permettre de perdre des éléments tels qu’elle… Minute…

Lily leva un regard interloqué vers son patron, sentant malgré elle une certaine chaleur lui monter aux joues. Qu’avait-il dit ? Gênée, elle se racla la gorge avant de répondre avec un hochement de tête :

- Très clair, boss.

Sur ce, elle se baissa et sortit deux verres ainsi qu’une bouteille de whisky, façon de répondre qu’elle était tout à fait d’accord sur sa proposition. Elle mit de la glace dans les verres puis y versa le liquide ambré, dont l’odeur vint rapidement lui picoter délicieusement les narines, la détendant légèrement au passage. Elle tendit le verre qui était légèrement le plus rempli à Samuel et attendit qu’il commence à boire pour prendre elle-même une gorgée. Puis, voyant qu’il semblait relativement calmé, elle se permit de sortir une cigarette qu’elle ficha sur un moyennement long fume cigarette en argent. Elle le porta à ses lèvres avant de l’allumer et de tirer avidement dessus, sentant la nicotine se répandre en elle et lui calmer les nerfs. Un silence pesant s’installa entre les deux criminels. Lily ne savait trop sur quel pied danser. Elle venait de découvrir à qui elle avait réellement à faire, et de constater que le choix de l’ancien second de nommer Samuel Westfield boss de la Schya n’était, finalement, pas l’erreur qu’elle s’était imaginée au premier abord. Cet homme était le digne successeur de Senora, cela ne faisait plus de doute, et elle devait se l’avouer, même si c’était toujours dur de passer à autre chose après ce qu’elle avait pu vivre. Et peut-être même que… Non… Si ? Peut-être même que… que Westfield serait un meilleur boss que Senora. Car si Senora savait imposer son pouvoir, il le faisait uniquement par la peur. C’était ainsi qu’il gagnait son respect : en inspirant la crainte. Alors que Westfield avait ce petit plus d’humain qui faisait toute la différence, ainsi que cette flamme qui brillait au fond de ce regard et qui était tout simplement à se damn…

*Voilà que ça recommence !!!*

Lily reposa un peu vivement son verre, faisant tinter le verre sur la surface de marbre et manquant presque de le briser.

- Je…

Avant même de réfléchir, Lily avait déjà ouvert la bouche. Pour dire quoi ? Elle n’en savait trop rien. C’était sorti tout seul.

- Euh… Y a-t-il quelque chose d’autre que je puisse faire pour vous, boss ? demanda-t-elle, appuyant sur le mot ‘boss’ avec un ton profondément respectueux, lui faisant comprendre par-là que, contrairement à la fois précédente, ses intentions avaient désormais bien changées envers lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Ven 26 Déc - 2:11

Allumant sa seconde cigarette, Samuel observa Lily remplir les verres avec ce divin breuvage qu'était le whisly, cette jeune femme avait décidément du goût pour avoir en réserve une bouteille de cet excellent alcool, mais bon, cela ne suffirait pas à calmer notre cher ami, toujours aussi énervé d'avoir appris que Stryker avait osé poser ses sales pattes sur Lily, ça il le regretterait amèrement, Samuel ne savait pas encore quel sort il lui réserverait, il hésitait entre quelques petites manières de le faire souffrir encore et encore, mais bon, il aviserait sans doute le jour où il aurait ce cher flic devant lui, à sa merci..
Lily s'alluma une cigarette, détail qui pouvait avoir son importance mais bon, Samuel ne le lui avait pas interdit et, étant un accroc de la cigarette lui aussi, il trouvait cela normal qu'elle s'en grille une, lui qui avait fumé comme un pompier depuis son entrée dans l'appart.
Il se saisit du verre en marmonnant un "merci" et avala quelques bonnes gorgées de la boisson, tournant ensuite encore dans la pièce, réfléchissant, maugréant, fumant..

Il fut tiré de ses pensées par le bruit du verre de Lily se posant assez brutalement sur le revêtement en marbre du comptoir, il se tourna alors vers elle et fut agréablement surpris de l'entendre l'appeler boss avec un profond respect dans la voix, il fallait croire que cette petite démonstration de colère avait remit les pendules à l'heure dans la caboche de Lily et qu'elle avait enfin comprit que Samuel était tout sauf un guignol, et encore, là il ne s'était pas énervé contre elle, mais contre une personne absente, imaginez un peu ce qui serait arrivé dans le cas contraire..
Revenant alors près du bar, il déposa son verre à coté de celui de la jeune femme, faisant ensuite tomber les cendres de sa clope dans le cendrier...

"Oui, il y a bien quelque chose...Il la fixa droit dans les yeux...L'endroit où Stryker vous à retenue, vous sauriez le retrouver? Bien que je doute que l'on puisse encore l'y trouver, il serait intéresser d'aller y faire un tour, on ne sais jamais..."

Au fur et à mesure que le temps passait, la clope et l'alcool aidant, Lily pouvait remarquer que Samuel reprenait peu à peu son calme, bien qu'on ne soit pas totalement à l'abri d'une autre explosion de colère du volcan Westfield, mais sa voix redevenait progressivement celle du Samuel qu'elle avait rencontré quinzes jours plus tôt, le même qui lui avait présenter des excuses pour l'avoir tachée de sang après une petite exécution dans son bureau. Reprenant son verre, il alla s'installer dans un des canapés de l'appartement, regardant alors le plafond d'un air à moitié absent, invitant Lily à le rejoindre d'un geste évasif de la main...

Et puis, voulant s'amuser encore un petit peu, il reporta son attention sur la jeune femme, un léger sourire aux lèvres, avant de reprendre la parole..

"J'aimerai aussi savoir...Pourquoi ce subit changement de comportement à mon égard? Il y a deux semaines c'est à peine si je pouvais sentir une once de respect de votre voix et, là, soudainement, j'ai l'impression que si je vous ordonnais de sauter par la fenêtre, vous vous exécuteriez sans poser la moindre question et sans hésiter une seule seconde...J'attend ta réponse"

Et voilà, il était de nouveau calme, bien que dans sa voix on puisse déceler tout de même un petit restant de colère qui pourrait ressurgir à la moindre incartade..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Ven 26 Déc - 3:51

Westfield semblait encore un peu nerveux, et lorsqu’il répondit à la demande de Lily, elle sentit à nouveau son cœur s’accélérer sous le coup de la pression, et du regard qu’il lui décocha. Un regard qui l’aurait bien faite fondre sur place tant il était…

*Ta gueule…*

Heureusement, il semblait dans d’assez bonnes dispositions lorsqu’il lui demanda si elle pouvait fournir des renseignements sur Stryker. Une partie d’elle était rassurée qu’il ne cherchât pas à obtenir plus de détails sur la torture qu’elle avait eue à subir, ainsi que les raisons de son relâchement. Plus les minutes passaient, plus il semblait se calmer, et sa voix faisait de plus en plus écho à celle qui l’avait premièrement convoquée, quelques quinze jours plus tôt. Voix qui l’avait au premier abord passablement énervée, mais qui aujourd’hui provoquait une drôle de sensation dans…

*J’ai dis ta gueule…*

Il n’attendit pas qu’elle réponde et alla s’asseoir sur un canapé, puis fit signe à Lily de le rejoindre. Elle ne pouvait s’empêcher de penser que la situation était très inconvenante. Cela devenait un petit peu trop informel à son goût, et même si ce n’était pas pour lui dépl…

*Nom de non !*

Elle fit un pas en direction d’un fauteuil, dans l’intention de s’y installer avant de donner à Westfield les informations qu’il demandait lorsque ce dernier l’interrompit dans son élan en lui posant une question qui la mit très mal à l’aise. Ainsi, son changement d’attitude ne lui avait pas échappé, et il en jouait, enfonçant le couteau dans la plaie, soulignant l’attitude désobligeante qu’elle avait pu avoir à son égard.

*Bien fait pour toi.* pensa-t-elle à nouveau.

Elle se racla discrètement la gorge et vint finalement s’installer sur le fauteuil, mettant volontairement une certaine distance entre elle et Westfield. Il semblait qu’il l’avait invitée à venir s’asseoir à côté d’elle, mais elle prit tout de même le risque de désobéir à cet ordre indirect. Elle se racla une nouvelle fois la gorge et répondit donc à la requête de son patron :

- Dès que j’ai été relâchée, j’ai consulté mon GPS pour noter l’endroit de l’entrepôt dans lequel j’étais retenue. Je peux vous transférer les coordonnées immédiatement si vous le désirez. Effectivement, maintenant que je suis en liberté, il y a de grandes chances qu’il ait déserté la place. Mais il a pu y laisser des indices, on ne sait jamais.

Elle espérait que Westfield réagirait à cette tirade et oublierait ainsi l’autre question qu’il lui avait posée… Même si Lily en doutait fortement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Ven 26 Déc - 4:06

Samuel observait à tour de rôle le fond de son verre encore à moitié plein et Lily qui semblait ne pas trop savoir où elle en était, elle vint tout de même s'installer dans le canapé, bien que Samuel eut préféré qu'elle prenne place à ses cotés et non à deux mètres de lui...peut-être pourrait-il user de sa position de patron pour lui imposer de se rapprocher? Qui sais, peut-être...

Il eut la réponse à sa première question, cette demoiselle était vraiment remplie de ressources, durant sa fuite, et après la torture elle avait tout de même penser à entrer les coordonnées de sa prison temporaire, ça c'était ce qu'il appelait du professionnalisme, et de nouveaux points gagnés pour Lily..N'était-ce pas là un bel exemple d'inversion des rôles par rapport à leur précédente rencontre? Ironie du sort quand tu nous tiens.
Il but une enième gorgée de whisky, fermant les yeux à moitié...

"Je prendrai les coordonnées un peu plus tard..."

Reposant son regard, devenu subitement doux, agréable, réconfortant, limite charmeur, sur Lily, Samuel esquissa un léger sourire à l'attention de la jeune femme et, toujours d'un mouvement de la main, il lui signifia qu'il apprécierait grandement le fait qu'elle diminue considérablement la distance les séparant l'un de l'autre, bien évidemment, ce qui n'était pas négociable.
Après quoi, toujours avec ce regard à faire fondre les coeurs les plus endurcis, Samuel reprit la parole d'une voix tranquille, après une autre gorgée..

"Ceci dis, je n'ai toujours pas obtenu la réponse à ma seconde question, je dois envoyer un formulaire pour y avoir droit?"

Le ton de sa voix s'était légèrement fait plus sec, histoire de bien montrer qu'à ce niveau là il n'accepterait pas une autre tentative d'éluder cette question, il voulait savoir et il parviendrai à ses fins, même si pour cela il devait se montrer menaçant, ou bien même odieusement mielleux, lorsque Westfield avait une idée en tête, les moyens qu'il se donnait pour parvenir à ses fins ne manquaient pas, loin de là.

Terminant son verre comme si de rien n'était, il déposa le récipient vide sur la table du salon, délicatement, avant de reporter son attention sur Lily, il n'en était pas tout à fait sûr mais il lui semblait qu'en ce moment, il possédait un certain pouvoir sur elle...

"Alors?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Sam 27 Déc - 23:53

Bien sûr, Lily s’était attendue à ce que Westfield ne laisse pas tomber l’affaire. Il semblait évident qu’il prenait un malin plaisir à la titiller sur ce sujet délicat. Et en plus de cela, il insistait pour qu’elle vienne s’asseoir à ses côtés. Gloups. Plus près pour mieux lui loger une balle entre les deux yeux ? On ne savait trop à quoi s’en tenir avec cet homme qui avait si bien caché son jeu. Même avec ce sourire, et ce regard… Lily était sur ses gardes. Cet homme avait du pouvoir et savait le gérer à merveille. Et malgré tous ses a priori, Lily ne pouvait se permettre de désobéir… et d’une certaine manière, cela ne la dérangeait pas plus que cela. Refoulant un petit sourire gêné et s’efforçant d’adopter une physionomie des plus neutres – bien qu’il ne fût pas si difficile de lire la gêne et le trouble sur le visage de la jeune femme – Lily se leva, en tirant machinalement et nerveusement sur son pull déjà pourtant trop grand pour elle et se leva pour venir s’asseoir sur le même canapé que Westfield. Elle garda tout de même ses distances, mettant bien un petit mètre entre elle et son patron, et tira une nouvelle fois sur son pull, comme si elle essayait de disparaître dessous, au moment où elle s’installa sur le cuir couleur crème.

Elle évitait à tout prix le regard de son patron. Ce n’était pas dans ses habitudes : on lui avait toujours appris à fixer ses interlocuteurs – et encore plus ses ennemis – dans les yeux. Mais elle savait qu’elle se mettrait à rougir honteusement si elle osait planter ses yeux dans ce regard qui la rendait f… Hem, enfin, elle serait très mal à l’aise, étant donné le comportement qu’elle avait eu envers lui auparavant. Se triturant nerveusement les mains, encore une fois dans une attitude qu’elle ne se connaissait pas, elle se racla la gorge avant de se lancer, d’une voix qu’elle voulait assurée mais qui trahissait sa gêne :

- Non, non non, nul besoin est de formulaire, dit-elle presque à cent pour cent sérieusement. Je… euh…

Elle jeta un regard furtif à Samuel, mais rebaissa aussitôt les yeux, sentant une certaine chaleur lui monter aux joues – et peut-être même ailleurs. Elle sembla alors se reprendre, et reprit avec un peu plus d’assurance, mais avec cette fois un soupçon d’émotion, à peine perceptible :

- Ce n’est pas facile pour moi de tourner la page. Vous devez comprendre pourquoi.

Elle n’allait certainement pas s’étendre là-dessus. C’était déjà assez gênant de devoir argumenter sur le sujet.

- Vous en avez fait les frais. J’avais tord. Je vous présente mes excuses. Je ne vous faillirais pas. J'ai tourné la page. Si vous souhaitez une preuve de mon dévouement, demandez-moi ce que vous voulez, j’obéirais.

*Et en espérant qu’il plaisantait réellement lorsqu’il parlait de me demander de me jeter par la fenêtre.*


Elle releva à nouveau les yeux vers Samuel, et cette fois-ci planta son regard dans le sien. Pour lui prouver sa sincérité, elle n’avait d’autre choix. Et tant pis si elle rougissait – il était d’ailleurs déjà trop tard – elle devait lui prouver sa bonne foi. Après tout, elle lui devait bien ça… Et à elle aussi, si elle ne voulait pas finir avec une balle dans la tête.

*Tant qu’à me faire tirer dessus, je préférerais que ça se décline autrement…*
ne put-elle s’empêcher de penser, et rougissant ainsi de plus belle tout en se tortillant nerveusement sur son séant l’espace d’une ou deux secondes, tirant à nouveau machinalement sur son pull si déformé qu’il menaçait de se craquer à la moindre nouvelle pression.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Lun 29 Déc - 17:39

Mmmm, voilà que Lily se met à obéir, intéressant, elle vint s'installer aux cotés de Samuel, avec tout de même un certain écart, c'était déjà mieux que rien non?
Il promena alors discrètement son regard sur Lily, franchement, ce pull ne la mettait pas en valeur du tout! Il la trouvait bien plus charmante dans la tenue qu'elle portait lors de leur premier entretien.
Ecoutant alors les justifications de la jeune femme, Samuel prit ses aises dans le canapé, croisant ses jambes tout en regardant Lily du coin de l'oeil.

Les explications étaient logiques sans vraiment l'être, Samuel avait donc dû en recevoir plein la tronche juste parce que Lily ne pouvait tourner la page Senora, mais cela avait l'air d'être plus ou moins le cas à présent.

"Bien bien.."

Il regarda alors Lily lorsqu'elle lui dit qu'à présent elle serait toute dévouée à sa cause, voilà qui était plus que parfait. Il soutint alors le regard de la jeune femme et trouva que le rougissement des joues de cette dernière était tout à fait mignon...Heu..Sam'? Ca va? Reprend toi vieux!
Une preuve de sa dévotion? Mmmm, quelle chose pourrait-il demander à Lily pour ne pas passer pour un idiot, réfléchit Samuel, réfléchit...

"Mmm...Je ne sais pas moi...Seriez-vous prête à aller jusqu'à...M'embrasser par exemple?"

C'était la première chose qui lui était venue à l'esprit, faut dire qu'en fixant les lèvres de Lily, il n'aurait pas pu songer à quelque chose de plus sérieux ou important, il fut lui-même surprit par sa propre requête, lui qui d'ordinaire n'aurait jamais demandé une telle chose...Il regarda alors Lily, se demandant comment cette dernière allait réagir et même agir par rapport à Samuel, allait-elle obéir ou bien...Lui envoyer sa main en pleine figure?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Lun 29 Déc - 22:55

Avant de seulement se rendre compte de ce qu’elle était en train de faire, il était déjà trop tard : le coup était parti tout seul. La main de Lily siffla dans les airs et atterrit avec un clac sonore sur la joue de Samuel Westfield, patron de la Schya et par la même occasion de Lily, ce que cette dernière semblait avoir, sur le coup, légèrement zappé. Mais ce zappage ne dura pas longtemps et la vérité dans toute son atrocité – si si - s’imposa en une fraction de seconde à l’esprit de Lily. Elle plaqua ses mains sur sa bouche, les yeux écarquillés d’horreur.

*Mais qu’est-ce que j’ai fait ?!*
songea-t-elle avec épouvante.

La réponse ne tarderait pas à se manifester, cinglante et furieuse, radicale et irrémédiable, elle en était persuadée. Dans quelques secondes, ses canapés couleur crème seraient repeints d’une teinte cramoisie. Mais rien d’aussi vif que le rouge qui teintait ses joues pour le moment. Pouvait-elle seulement rattraper la situation ? Elle se leva d’un coup, comme si elle se fût assise sur une pelote d’épingle. Non, ce qu’elle venait de faire était tout bonnement impardonnable. Etait-ce encore cette saloperie de drogue qui déréglait ainsi ses habituelles réactions, calmes, posées et réfléchies ? Il ne lui semblait pourtant pas être encore sous l’emprise de cette terrible substance.

Alors pourquoi réagissait-il ainsi en présence de cet homme ? Pourquoi était-elle tout sauf elle-même ? Cela avait-il un quelconque rapport son regard ténébreux qui vous transperçait jusqu’au fond de vous et allumait une telle flamme que…

*NOM DE DIEU !!! C’EST PAS BIENTÔT FINI CES CONNERIES ?!!*


Quelque chose, il fallait qu’elle trouve quelque chose à dire, à faire, quelque chose, histoire de s’accorder quelques secondes de répit.

- Pardonpardonpardonpardonpardon…
balbutia-t-elle d’un air affolé et mortifié.

Elle avisa la grosse marque rouge en forme de paume qu’elle avait laissée sur la joue de son patron. Lily tourna les talons et en deux ou trois bonds, elle avait atteint sa cuisine américaine. Elle saisit un torchon, ouvrit le congélateur et enroula des glaçons dans le tissus, puis elle vint s’agenouiller devant Samuel. Le tout n’avait duré qu’une dizaine de secondes. Elle entreprit d’appliquer cet antalgique de fortune sur la joue de son patron, n’osant bien sûr pas le regarder dans les yeux, et s’attendant à entendre résonner le mécanisme d’une arme à son oreille dans les fractions de seconde qui viendraient.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Sam 7 Fév - 17:34

Surpris, Samuel fut surpris de sentir la main de Lily s'abattre sur sa joue, il en resta bloqué durant quelques secondes, n'arrivant pas à se faire à l'idée qu'il venait, lui, Samuel Westfield, de se faire gifler par une de ses employées, il regarda dubitativement Lily durant quelque instants, la voyant s'excuser avec un certain stress et ensuite lui préparer de quoi soulager la douleur, ce n'est que lorsque qu'il sentit le torchon remplit de glaçons se poser sur sa joue qu'il reprit ses esprits.
Il regarda Lily pendant un petit moment sans rien dire, elle avait l'air apparemment très mal à l'aise, elle n'osait même pas le regarder droit dans les yeux, Samuel sourit alors légèrement avant de se mettre à rire doucement, rallumant une cigarette...

"Docile et farouche à la fois...Voilà un mélange bien détonnant qui te sieds à ravir"

Il n'aurait jamais pensé cela de Lily, mais bon, après tout il l'avait un peu cherché aussi. Quelque part il était déçu et content qu'elle n'aie pas obéit, déçu car il aurait vraiment aimé l'embrasser, et content car cela prouvait que miss Roverandom avait un caractère bien trempé et qu'elle n'était pas une 'fille facile' comme on dit.
Posant sa main sur le torchon, il tapota l'épaule de Lily doucement, un fin sourire aux lèvres.

"En tout cas, tu a une sacrée force, je l'ai senti passer cette baffe"

Il se leva doucement, posant le torchon dans le canapé, et fit se relever Lily. Il la regarda droit dans les yeux sans rien dire, on pouvait encore voir la marque des doigts de la jeune femme sur sa joue, mais bon, ça il s'en fichait un peu. Il esquissa un léger sourire assez charmant et parla alors d'une voix douce, presque un murmure..

"Comment pourrais-je me faire pardonner d'avoir osé te demander quelque chose d'aussi déplacé?"

Il restait là, debout devant elle, seuls quelques petits centimètres les séparant l'un de l'autre, ses mains toujours sur les épaules de Lily, son regard plongé dans le sien, un instant où l'on a l'impression que le temps suspend son cours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Dim 8 Fév - 1:52

Le rire de son patron s'éleva aux oreilles de Lily. Un rire glacial, malveillant, vengeur... Attendez une minute. Non, pas du tout. Absolument pas. Ce rire n'avait rien de caustique. Il avait plutôt même un tintement agréable, charmeur... Encore ! Le mouvement qu'il fit pour allumer une nouvelle cigarette manqua malgré tout de faire sursauter la jeune femme qui s'attendait toujours à ce qu'il dégaine une arme pour lui faire exploser la cervelle et lui faire payer son insolence. Mais il n'en fut rien. Décidément elle ne comprendrait jamais rien à ce type... Il était changeant comme l'océan, aussi menaçant et aussi attirant, et ce contrairement à tout autre homme de pouvoir qu'avait pu fréquenter Lily. Car, contrairement à eux, Samuel Westfield avait cette part d'humanité qui devait cruellement faire défaut à tous les autres. Cette absence qui avait du faire que ça n'avait jamais rien pu apporter de bénéfique à la jeune femme. Et si cet homme avait cette dualité qui faisait tout son charme, apparemment selon ses dires, il en était de même pour Lily. Ce qu'il lui dit lui fit d'ailleurs monter une certaine chaleur aux joues, et elle espéra qu'il ne le remarquerait pas. Lily savait habituellement mieux que personne cacher ses émotions à la vue du monde. Elle avait été éduquée pour, après tout. Mais dans ce genre de situation, les choses étaient bien différente. Il suffisait de jouer avec ses plus grandes faiblesses pour pouvoir faire d'elle une marionnette dirigée par ses émotions.

Lorsqu'il lui tapota l'épaule, ce contact la fit frissonner. Peur ou... autre chose ? Au point où elle en était, elle commençait à se douter qu'il devait bien y avoir plus qu'une simple soumission face au pouvoir. Il la força à se relever, mais doucement, sans la brusquer, et elle ne chercha même pas à résister. Tout du long, elle avait continué à éviter son regard. Mais pour éviter de paraître impolie en détournant la tête, elle tentait simplement de fixer un point au-dessus de l'épaule de Samuel, au côté droit de son visage, ce qui pouvait donner l'illusion qu'elle le regardait, alors qu'en fait elle faisait de son mieux pour se concentrer sur un fauteuil couleur prune situé juste derrière lui, histoire d'essayer de calmer le flot de ses pensées et émotions. Sans trop de succès, à vrai dire.

Ce qui suivit manqua d'ailleurs de lui couper le souffle. Elle retint une toux nerveuse, alors que de sa main droite elle pianotait distraitement et nerveusement sur sa cuisse. Le retour au tutoiement la mettait presque plus mal à l'aise que l'utilisation soudaine du vouvoiement lorsqu'il était entré chez elle, fulminant. La question qu'il posa resta en suspend durant ce qu'il sembla être à Lily d'interminables secondes. Etait-elle purement rhétorique ou attendait-il vraiment une réponse ? Et si oui, pensait-il sincèrement que Lily trouverait quelque chose à y répondre ? Et qui plus est en l'ayant forcée à ne pouvoir faire autrement que de le regarder droit dans les yeux, alors que quelques fatidiques centimètres seulement les séparaient ?

D'une certaine façon, Lily savait bien qu'elle se devait de répondre, d'une manière ou d'une autre. Mais que dire ? Elle avait bien une idée qui lui trottait dans la tête mais...

*Saute moi dessus là maintenant !!!*

... elle avait le sentiment que cela serait quelque peu déplacé...

Ce fut alors que son portable se mit à vibrer dans sa poche. Serait-elle assez gonflée pour oser l'en sortir et au moins regarder l'identifiant de l'appelant ? Elle décida que oui. Et ce n'était pas profiter de la souplesse de Samuel, cette fois-ci, contrairement à leur premier entretien. Simple forme de professionnalisme... et d'opportunisme. Avec un regard confondu d'excuse, elle plongea la main dans la poche de son pantalon et en sortit le téléphone. Elle jeta un coup d'oeil à l'écran : c'était le centre de sécurité même de la Schya qui cherchait à la joindre. Cela devait donc relever d'une certaine importance. Elle leva un regard interrogateur vers Samuel, comme pour lui demander la permission de répondre. Néanmoins, sans attendre de réponse, elle fit coulisser son portable pour accepter l'appel et esquissa un mouvement pour porter l'appareil à son oreille. Comment donc allait réagir Samuel ? Elle n'en savait trop rien mais avait hâte de voir la suite...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Sam 14 Fév - 19:34

Avant cet instant précis, Samuel n'avait jamais autant maudit intérieurement les nouvelles technologies telles qu'internet, les GPS ou encore les téléphones portables...Mais là, il n'avait qu'une envie, étrangler de ses propres mains l'inventeur de ces prouesses modernes qui permettent aux gens d'être joignables à toute heure du jour et de la nuit, car comme toujours, on recevait un appel soit lorsqu'il fallait être discret, soit lorsque la situation devenait un peu plus..Intime..
Il laissa Lily regarder qui l'appelait, sans rien dire, il comprenait bien évidemment qu'elle avait sans doute des responsabilités professionnelles et tout le tralala...Mais bon, trop c'est trop comme on dit...

A peine Lily eut-elle porté son téléphone à son oreille que Samuel s'en saisit, regarda l'écran pour savoir qui appelait, et porta alors le téléphone à son oreille, un très léger sourire aux lèvres à l'attention de la jeune femme.

"Allô?....Non ce n'est pas mademoiselle Roverandom à l'appareil, elle est en réunion, je peux prendre un message?"

Il resta silencieux pendant que son interlocuteur lui laissait le message, sans doute que le pauvre type au bout de la ligne ne savait pas à qui il parlait...

"Bien, c'est noté, mais la prochaine fois, il vaudrai peut-être mieux en avertir le patron non? Enfin, moi ce que j'en dis..Quoi? Qui je suis? Eh bien...Ton patron mon vieux....C'est cela oui, bonne fin de journée également..."

Il raccrocha et tendit le téléphone à Lily tout en sortant son paquet de clopes d'une des poches de sa veste, il avait été culloté de faire ça mais bon, il en avait marre d'être interrompu à n'importe quel moment, cela devenait lassant à la longue..Il s'adressa ensuite à Lily...

"Rien de grave, juste un type bizarre qui rôde non loin de l'immeuble, trois agents sont déjà sur le coup"

Il alluma sa clope, passant sa main libre dans ses cheveux tout en poussant un soupir voulant dire "j'espère que plus personne ne viendra me casser les nouilles aujourd'hui sinon va y avoir du haché sur les murs" après quoi il se rapprocha de Lily, son fin sourire refaisant peu à peu son apparition sur ses lèvres entre lesquelles était emprisonnée sa cigarette. Il reprit sa place à quelques centimètres de Lily, plongeant son regard dans le sien avant de parler à nouveau tout bas..

"Alors? Tu a trouvé une idée pour que je me fasses pardonner?"

Comme déjà dit auparavant, dès qu'il à quelque chose en tête, Samuel ne l'a pas ailleurs et ne lâche pas l'affaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Sam 28 Fév - 23:44

Lily s’était à moitié attendue à ce que Samuel lui arrache le téléphone des mains. Mais pour y répondre, ça non. Et pour y répondre une telle réponse, encore moins. Qu’il se permette de faire une petite blague ne la dérangeait pas, non. Mais qu’il ait l’audace d’avouer que c’était le boss en personne qui avait répondu au portable de Lily Roverandom, simple tueuse à gages et bien connue pour avoir été l’amante du feu ex-boss de la Schya, laissant entendre par la même occasion qu’ils se trouvaient présentement ensemble – et pour peu que l’on check le GPS de Lily on aurait pu savoir qu’elle se trouvait dans son appartement en sa compagnie – tout ceci, donc, la mettait quelque peu mal à l’aise… C’est dire, bien sûr : encore plus mal à l’aise qu’elle ne l’était déjà. Décidément, les dieux étaient contre elle ce jour-ci. Ou peut-être l’avait-elle tout simplement mérité, après le comportement inacceptable qu’elle avait eut envers son patron…

Elle hocha brièvement la tête, faisant signe qu’elle avait bien reçu le message, quand il l’informa de la teneur de l’appel qu’elle avait reçu, mais tout en évitant de croiser son regard. Elle avait de plus en plus de mal à le regarder dans les yeux. Chaque fois que leurs regards se croisaient, elle sentait la gêne augmenter de plus belle, ainsi qu’une étrange sensation au niveau du ventre… Même si elle se forçait autant qu’elle le pouvait à ignorer cette sensation.

Mais lorsqu’il se rapprocha d’elle, une énième fois, mettant encore moins que jamais de distance entre eux, elle ne put faire autrement que de le regarder droit dans les yeux, car si elle avait voulu éviter son regard, elle aurait dû le diriger vers le bas… Ce qui aurait été mille fois plus gênant. Il lui redemanda, d’un air qu’elle trouva presque provocateur, ce qu’il pouvait faire pour se faire pardonner. Lily réprima un soupir. Voilà qui était non seulement embarrassant mais fatiguant. Elle considérait que si quelqu’un devait se faire pardonner dans cette pièce, c’était elle, certainement pas lui. Cette fois-ci, il n’y avait plus aucun élément perturbateur qui pouvait la sauver. Elle n’avait d’autre choix que de répondre. Mais elle n’avait rien à lui demander à part… Mais non, jamais de la vie. De toute façon, elle estimait n’avoir aucun droit de demander quoi que ce soit… à part celui qu’il lui donnait, en tant que tout puissant à la Schya, mais tout ceci était absurde, n’est-ce pas ?

Lily se racla un peu la gorge, comme elle le faisait toujours lorsqu’elle voulait reprendre un peu de contenance ou qu’elle se préparait à dire quelque chose de difficile, puis se lança :

- Ecoutez, très sincèrement, je ne vous tiens rigueur de rien, ce serait très mal venu de ma part, et j’estime n’avoir rien à vous demander pour vous faire pardonner. S’il y a quelqu’un qui doit se faire pardonner de quelque chose, dans cette pièce, c’est bien moi mais… J’imagine que vous allez insister alors, si je puis me permettre, et pardonnez mon insolence mais, tout ce que je vous demanderais, si vous l’acceptez, ce serait de me pardonner, de pardonner ma faute professionnelle. Je le répète : cela ne se reproduira plus, et je vous reste bien sûr entièrement dévouée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Dim 10 Mai - 1:06

A la réponse de Lily, Samuel esquissa un léger sourire tout à fait charmant, certes il ne s'attendait pas à cela mais ça lui convenait parfaitement, il se doutait qu'elle avait du faire un gros effort sur elle-même pour lui demander cela.
Doucement il posa sa main sur la tête de la jeune femme et lui ébouriffa légèrement les cheveux, tel un grand frère le ferait à sa petite soeur, tout en lui souriant, son regard plongé dans celui de Lily.

"Eh bien, je ne peux refuser une telle demande alors....Excuses acceptées Lily, de toutes façons il arrive à tout le monde d'avoir de mauvaises passes, le tout est d'y remédier"

Il fit un pas en arrière, allumant une ènième cigarette tout en en proposant une à Lily, après quoi il alla près de la fenêtre pour contempler le quartier Schya, son quartier, l'endroit où il avait le droit de vie ou de mort sur chaque personne y résidant, n'importe qui d'autre aurait sans doute eu la grosse tête avec de tels pouvoirs et responsabilités, mais Samuel lui voyait plutôt ça comme une opportunité de pouvoir faire quelque chose d'intéressant.
Il se tourna et s'adossa à la fenêtre, observant Lily silencieusement, la cigarette coincée entre les doigts de la main droite, la fumée de cette dernière s'élevant avec lenteur dans les airs et passant devant son visage.

"En tout cas, cette petite entrevue m'a bien calmé, et je te remercie pour ça car tu y est sûrement pour quelque chose, sans quoi j'aurai sans doute flingué le premier venu"

Dit-il en riant légèrement, une brève lueur malsaine ayant éclairé son regard pendant une fraction de seconde, non il ne plaisantait pas, il aurait réellement tué quelqu'un pour se passer les nerfs, heureusement pour Lily, elle était appréciée de Samuel, elle ne risquait donc pas grand chose avec lui, enfin, tant qu'il n'était pas trop énervé, cela va de soi.

Tout en s'étirant, il baîlla légèrement, la journée avait été dure et éreintante, en bref, la fatigue commençait à se faire ressentir, mais il n'était pas encore l'heure pour notre cher ami d'aller rejoindre morphée, oh non, il avait encore pas mal de boulot à expédier, le genre qu'on ne pouvait remettre à demain, et il lui fallait quelque chose pour rester en forme encore un moment, il passa une main dans ses cheveux tout en demandant à Lily d'une voix un peu molassonne..

"Dis-moi, est-ce que tu voudrai bien me faire un café? Enfin, je ne te force pas, c'est juste que je commence à flancher"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Dim 10 Mai - 20:25

Lily détestait qu'on touche à ses cheveux, surtout lorsqu'ils étaient mal entretenus comme aujourd'hui. Car elle était toujours impeccable et irréprochable, et préférait encore qu'on la décoiffe plutôt que l'on constate son relâchement, surtout que c'était on ne peut plus inhabituel. Elle ne put empêcher un certain air d'agacement se peindre l'espace d'une seconde sur son visage, mais elle le balaya rapidement. Elle n'était pas en position de faire la difficile... ou bien si ? Décidément, ce Westfield était complètement imprévisible. Il passait de redoutable à doux comme un agneau. Voilà qui était passablement déstabilisant, et qui agaçait un brin Lily. Elle aussi, pour le coup, était bien changeante... D'abord méprisante, puis... totalement sous le charme. Mais cela, elle n'allait pas aussi aisément se l'avouer.

Elle accepta volontiers la cigarette que lui proposa son patron. Elle le remercia d'un signe de tête alors qu'elle prenait la cibiche entre ses doigts. D'un geste machinal, elle attrapa un porte-cigarette argenté qui était sur la table basse devant le canapé et y ficha la cigarette, qu'elle alluma avec un briquet qui était posé au même endroit. Elle tira avidement dessus, sentant la substance calmer aussitôt ses nerfs. Elle expira la fumée en poussant un petit soupire alors qu'elle se détendait un brin. Mais sans pour autant être cent pour cent à l'aise. Elle se releva et se retourna vers son patron alors que celui-ci venait de s'adosser à la fenêtre, profitant comme elle de cette détente illicite.

- En tout cas, cette petite entrevue m'a bien calmé, et je te remercie pour ça car tu y est sûrement pour quelque chose, sans quoi j'aurai sans doute flingué le premier venu.

Lily sentit une étrange sensation l'envahir alors qu'il prononçait ces paroles. Elles semblaient clôturer la dite entrevue, et cela rassura la jeune femme. Mais d'un autre côté, son intérêt pour Samuel fut quelque peu ravivé par l'étrange lueur qui avait animé son regard tandis qu'il parlait. Elle se contenta alors de hocher la tête et fit un pas vers la porte, prête à la lui ouvrir, mais avant qu'elle n'ait pu s'approcher suffisamment pour qu'on puisse seulement se rendre compte de son intention, Samuel lui fit une requête. Comment ça ? Il n'allait toujours pas partir ?

*Mais qu'est-ce qu'il me veut enfin ? Il est enragé, c'est pas possible ! Il a pas du boulot à faire ? Mais qu'il me laisse toute seule, enfin ! Parce que si ça continue comme ça je vais lui sauter dess... Ah non ça va pas recommencer ! Bordel... Et en plus, je ressemble à rien. C'est pas comme ça que je pourrais lui donner envie de me p... MERDE !!! Ca suffit maintenant ! Je vais lui dire, je n'ai pas le temps, désolée, je ferais mieux de m'arranger et d'aller à la salle d'entraînement pour, tiens, pour m'entraîner, et désolée, mais je n'ai pas de café, alors au revoir, c'était sympa de vous parler.*

- Avec ou sans sucre ?

*Et merde...*


Voulant cacher le rouge qui venait de lui monter aux joues, elle lui tourna le dos pour se diriger vers la cuisine américaine et s'affaira afin de préparer le café. Elle lança la cafetière et sorti deux tasses, les posant d'un geste nerveusement violent sur le comptoir où elles s'abattirent avec un lourd bruit de vaisselle s'entrechoquant qui agaçait les tympans.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Lun 11 Mai - 23:00

- Avec ou sans sucre?

Telle avait été la réponse de Lily, bien, au moins elle ne le jetait pas dehors, lui qui s'incrustait depuis un moment déjà sans l'appartement de la jeune femme; elle acceptait même de lui préparer le café qu'il avait demandé, quelle personne admirable.
Pendant que Lily s'affairait à préparer le café, Samuel s'était allumé une seconde cigarette et observait la demoiselle en silence, dévorant du regard chacun des mouvements de cette dernière, tel un prédateur se tenant sur le point de bondir sur sa victime.

S'approchant du bar américain tout en fumant, Samuel s'accouda à ce dernier, juste en face de Lily, et lui décocha un sourire dont il avait le secret, juste pour voir sa réaction, il aimait bien ce petit jeu du chat et de la souris qu'il avait cru déceler entre eux, mais il voulait être réellement certain de l'existence de ce petit jeu entre Lily et lui.

"Je peux t'aider à faire quelque chose?"

Demanda t'il d'une voix mielleuse tout en posant -par hasard bien sûr- sa main sur celle de Lily, ne la retirant que quelques longues secondes plus tard en faisant croire à une maladresse de sa part totalement non voulue et non calculée, of course.
Sans attendre de réponse de la part de Lily, Samuel passa de l'autre coté du bar, réduisant encore et toujours la distance les séparant, et se plaça aux cotés de Lily, presque collé à elle, regardant par dessus son épaule, elle pouvait d'ailleurs sentir le léger souffle chaud de son patron glisser sur sa nuque.

Après quelques instants d'un silence pesant, Samuel fit un pas en arrière et un pas sur le coté, se retrouvant alors derrière Lily, il la contempla ainsi de dos pendant un moment avant de se lancer et lentement, très lentement, il passa ses bras autour des hanches de la jeune femme, ses mains se rejoignant sur le ventre de cette dernière; il la tira doucement contre lui tout en penchant sa tête de manière à ce qu'elle soit à coté de celle de Lily qui, comme n'importe quelle personne normale, l'avait tournée par surprise, se retrouvant alors nez à nez avec Samuel qui souriait de manière tout à fait charmante et charmeuse.

Notre chez patron ne perdit alors pas l'occasion de faire un pas de plus en avant; prenant son courage à deux mains et faisant dès lors preuve d'un culot monstre, Samuel déposa ses lèvres sur celle de Lily, l'embrassant tendrement, sans la forcer, tout en fermant les yeux et en la tenant contre lui avec douceur. Seigneur, que les lèvres de Lily étaient douces! Il aurait donné n'importe quoi pour que cette instant ne cesse jamais, mais toute les bonnes choses ont une fin et voilà qu'il recule lentement son visage de celui de la jeune femme, ne rouvrant que doucement es yeux, s'attendant à une réplique musclée de la part de Lily.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Mar 12 Mai - 20:30

Bien sûr, Lily évitait à tout prix le regard de son patron, qu’elle sentait braqué sur elle – mais peut-être se faisait-elle des idées… peut-être que non. Elle le savait lorsqu’elle était observée, déformation professionnelle. Et en l’occurrence, ce n’était même pas observée qu’elle se sentait, mais carrément scannée, passée aux rayons X. Elle ne put s’empêcher de relever les yeux vers Samuel, pile au moment où ce dernier, s’étant déplacé pour venir s’accouder au bar de marbre noir, lui décochait un sourire à tomber raide. Lily se sentit soudainement immensément intéressée par les tasses à café. Elle baissa la tête, suffisamment pour dissimuler un minimum son rougissement, mais pas assez pour avoir l’air de se cacher... Mais en réalité, c’était peine perdue : elle était plus que grillée.

Elle resta ainsi, à contempler les tasses de porcelaine, sans dire un mot, en attendant que le café fût prêt. Ce fut juste le moment que choisit Samuel Westfield pour poser sa main sur la sienne. Accidentellement, tout du moins semblait-il… Mais Lily ne put s’empêcher de penser que son patron jouait avec elle. Depuis qu’il était arrivé, ça n’arrêtait pas. Elle ne voulait pas être paranoïaque, mais tout de même : le canapé, la requête plus que culottée, les petites remarques… Et puis ça maintenant. Elle n’eut pas trop le temps de continuer à penser à cela. Il venait de lui demander s’il pouvait l’aider. Lily haussa un sourcil à la fois amusé, intrigué et agacé. Il ne fallait tout de même pas avoir un diplôme pour servir deux cafés. Elle secoua la tête pour lui indiquer qu’elle n’avait pas besoin d’aide, et se tourna vers la cafetière qui venait d’émettre un bip, signalant que le café était prêt. Mais alors qu’elle tendait la main pour servir le café, elle entendit Samuel se déplacer. Elle n’eut même pas le temps ne serait-ce qu’oser se demander ce qu’il fabriquait qu’il s’était déjà glissé aussi discrètement et rapidement qu’un chat à ses côtés.

Elle n’aurait pas été aussi… gênée ? confuse ? … excitée ? Bref, elle lui aurait bien décollé une bonne baffe. Pourquoi jouait-il ainsi avec ses nerfs ? En avait-il seulement conscience ?

*A mon avis oui, en plus.*
pensa-t-elle avec des sentiments mitigés, mais encore quelques doutes.

Mais lorsqu’elle sentit sur son épaule le souffle de cet homme qui n’en était même plus au stade de seulement commencer à l’obséder, ses doutes commencèrent sérieusement à se dissiper… Elle s’était figée depuis longtemps, comme une proie face à son prédateur, sachant qu’il ne lui restait plus aucune chance de s’en sortir et qu’il valait mieux attendre sagement la mort. Finalement, il se décala, passant dans son dos. Elle osa penser qu’il allait rester un minimum à distance. Mais une petite voix lui disait qu’elle se faisait des illusions. Une autre petite voix, encore, mais très discrète celle-ci, à peine audible, ou plutôt, que l’on ne voulait pas entendre… Cette petite voix, donc, suggérait le fait que Lily n’avait peut-être pas autant envie qu’elle voulait se le laisser croire que son cher patron cesse son petit jeu. Qu’elle appréciait être ainsi traquée. Qu’elle voulait être sa proie. Qu’il se lance.

Elle l’avait senti venir. Peut-être parce qu’elle en avait envie, peut-être pas intuition… Ou les deux. Mais il s’était lancé. Et elle ne broncha pas lorsqu’elle sentit ses mains sur ses hanches. Elle frissonna, certes. Mais elle ne broncha pas. En revanche, ce qui suivit se déroula si vite qu’elle en fut quelque peu surprise. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il l’avait attirée contre elle et elle sentit son souffle sur sa joue, sa peau contre la sienne. Une pensée eut le temps de traverser son esprit : « Pourquoi ? », avant qu’elle ne tourne dans un geste réflexe sa tête vers lui. Juste le temps de croiser son regard pour n’avoir plus aucun doute sur ce qui allait suivre.

Ce baiser n’avait rien de sauvage. Rien d’autoritaire. Il ne la forçait à rien. Elle était libre de se fermer, de reculer, de le repousser. Peut-être même de le frapper, histoire de le remettre à sa place. Mais quelle était sa place ? Et avait-elle envie de le repousser ? Avait-elle seulement envie que ce baiser cesse ? Mais, justement, avant même qu’elle ait pu répondre à sa propre question, il cessa. Tout se déroula en une fraction de seconde : pensant, ou voulant penser qu’il ne s’agissait que d’un instant pour reprendre sa respiration, Lily se tourna de manière à faire face à Samuel et reprit le baiser. L’esprit de Lily n’était désormais plus accablé de questions. Elle ne pensait plus, tout simplement. Sa main droite avait lâché son porte-cigarette, qui avait roulé au sol, pour pouvoir librement passer ses bras autour du cou de Samuel. Si au départ elle avait été timide et hésitante, elle s’était maintenant détendue et profitait pleinement de ce baiser, recevant autant qu’elle donnait. Elle s’aventura même à mordre légèrement la lèvre inférieure de Samuel, ne le notant même pas : c’était dans sa nature. Car elle n’était jamais tout à fait proie. Elle était, elle-aussi, prédatrice née… sauf avec cet homme.

Et soudainement, le charme fut rompu. Elle réalisa ce qu’il était en train de se passer et rompit brutalement le baiser. De honte, elle n’était même pas rouge, mais blanche, car à la gêne se mêlait la crainte. Elle recula, bredouillant des paroles incompréhensibles, et fonça dans la cafetière. Elle se retourna pour retenir l’objet avant qu’il ne chût. Puis s’extirpa de l’espace cuisine en évitant soigneusement de passer trop près de son patron. Sur son visage était plaqué un air d’extrême confusion. Elle semblait perdue, ailleurs. D’un pas chancelant, elle se dirigeait vers la porte de sortie, mais de côté, de manière à toujours voir Samuel. Ses paroles devenaient un peu plus clair, et voici ce qui pouvait s’en faire comprendre :

- Pardon je… pas… sais pas… voulais pas… Je vais…

Elle agita les bras en direction de la porte.

- Partir… peut-être… vaut mieux… pas vous déranger plus longtemps.


Elle se figea, regardant Samuel droit dans les yeux, d’un regard vitreux. Puis elle s’élança en quelques pas vers la porte qu’elle ouvrit précipitamment et claqua derrière elle. Arrivée dans le couloir, elle courut jusqu’à un tournant, et s’adossa au mur pour reprendre sa respiration et ses esprits. Elle ne les reprit d’ailleurs que trop vite, se rendant compte de la grande stupidité dont elle avait fait preuve. Elle se retourna, faisant face au mur… et se cogna fortement le front contre la boiserie. Une fois. Deux fois. Trois fois.

- Mais quelle CONNE !!! lança-t-elle à haute voix, justement au moment où deux de ses collègues sortaient de l’ascenseur qui venait d’arriver à l’étage.

Elle se retourna vivement, croisant leurs regards emplis de surprise de la voir ainsi accoutrée, pieds nus, cheveux mal coiffés et vêtue de façon si relâchée… et se cognant la tête contre un mur. Lily leur adressa un digne signe de tête, reprenant de sa légendaire contenance, et tirant sur son pull déjà trop grand comme elle l’aurait fait sur son tailleur. Elle fit volte face, et d’un air guindé se remit en marche vers son appartement. Arrivée, elle ouvrit la porte, bien décidée à agir avec fierté, respect et professionnalisme comme elle en avait l’habitude. Mais dès qu’elle eut mis un pied chez elle, elle se retrouva nez à nez avec Samuel, et aussitôt ses barrières fondirent comme neige au soleil. Sa gorge se serra et elle se retrouva à nouveau comme une souris face à un chat. Elle se mit à tortiller nerveusement ses doigts les uns contre les autres, et évitant comme elle le pouvait le regard de son patron, elle bredouilla :

- En fait… euh… bah… c’est chez moi alors… peux pas… enfin… vous laisser… pas vous déranger… euh…

C’était assez d’humiliation comme ça. Tout ce qu’elle souhaitait maintenant, c’était

*QU’IL SE BARRE !!!*


pour qu’elle puisse se ressourcer en paix après ces quarante-huit heures d’enfer. Elle était toujours autant partagée, en revanche. Elle avait autant envie qu’il la laisse tranquille qu’il lui saute dessus… Mais elle était épuisée. Et honteuse, oh, si honteuse. Elle ne ressemblait en rien, et il ne lui restait rien de sa légendaire fierté. Elle avait juste besoin de redevenir elle-même. Mais ce qu’elle était semblait bien insignifiant lorsqu’elle se retrouvait avec Westfield. Et alors qu’elle réalisait ceci, elle cru sentir une étrange chaleur monter en elle. Qu’était-ce ? Cela ressemblait à de la haine. Mais il y avait autre chose… Et cela, elle n’osait pas encore mettre de mot dessus.

Elle releva un regard vers Samuel, un regard noir mais brillant de passion. Un regard dangereux. Pour lui comme pour elle. Un regard qui voulait dire bien des choses, et notamment le fait qu'il ne fallait pas s'attarder à essayer de le déchiffrer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Westfield
Boss de la Schya
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31
Société : Schya
Formation : Ex-membre d'unité militaire d'élite d'infiltration
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Age: 32
Armes: Lame rétractable attachée au poignet gauche et un MK23 Socom muni d'un silencieux.
Equipement: Matériel de crochetage, ordinateur de poche personalisé pouvant défaire les systèmes d'alarme high-tech, lunettes de vision nocturne.

MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   Sam 12 Sep - 2:31

Samuel s'attendait, à juste titre, à recevoir une gifle bien sentie de la part de Lily après qu'il ait rompu le baiser, mais contre toute attente et à sa grande surprise, ce ne fut la main de la jeune femme qui entra en contact avec son visage mais les lèvres de cette dernière qui virent réclamer un second baiser, Samuel ne trouva rien à redire à cela et prolongea ce tendre moment, fermant les yeux afin d'en profiter au maximum, il appécia aussi le léger mordillement de sa lèvre inférieure, preuve que Lily était une femme de caractère..

Le baiser fut rompu brutalement, au grand étonnement de Westfield, qui rouvrit les yeux pour voir une Lily désemparée, ne sachant plus trop ce qu'elle faisait, qu'est-ce que cela voulait-il dire? Pourquoi agissait-elle ainsi? Vraiment cette femme était compliquée, mais cela avait peu d'importance après tout.
Suivant Lily du regard, Samuel remarqua qu'elle se diigeait vers la porte, allait-elle lui demander de sortir? Soit, si tel était le cas il ne la dérangerait pas plus longtemps.
Mais au grand étonnement de Samuel, ce fut Lily qui quitta son propre appartement en bredouillant qu'elle n'allait pas le déranger plus longtemps....

"Heu....."

Grand moment de solitude donc pour Samuel qui se retrouvait dès lors seul dans l'appartement de Lily, ne sachant pas où elle était partie ni pour combien de temps, il jugea bon de ne toucher à rien et se contenta simplement d'allumer une ènième cigarette en attendant le retour de Lily.
Il l'avait sans doute choquée, ce n'était pourtant pas son but, il ne l'avait pas fait exprès.

Il soupira et fuma quelques peu avant que mademoiselle Roverandom ne refasse son apparition, toujours aussi choquée apparemment...Mouais, il n'insisterait pas plus, il ne faudrai pas que la paure femme ne devienne cinglée par sa faute.
Elle bredouilla encore et Samuel esquissa un léger sourire amical, avançant alors vers la porte, les mains en poches et la cigarette au coin des lèvres...

"Excuses-moi d'être venu te déranger si longtemps mais j'avais besoin de parler à quelqu'un et tu m'a semblé être la meilleure personne...Bonne fin de journée Lily"

Il lui tapota légèrement l'épaule en passant à coté d'elle, quitta l'appartement tout en refermant doucement la porte derrière lui. Une fois dans le couloir, la porte fermée et dos à cette dernière, il poussa un long soupir avant d'avancer lentement dans les couloirs de l'immeuble de la Schya, croisant parfois quelques agents, des médecins, bref, le petit monde interne de son organisation. Il erra dans le building pendant une bonne heure avant de regagner son bureau et de s'y enfermer à clé.
Il prit place dans son fauteuil et se tourna vers la baie vitrée, observant Ataxia une fois encore, mais il ne pensait plus à son territoire cette fois, non, il pensait à Lily, se disant qu'il n'aurait peut-être pas dû aller si loin avec elle ou bien peut-être aurait dû t'il justement creuser un peu plus, tant de questions sans réponse intéressante...Comme le disait souvent un type dont j'ai oublié le nom, il faut laisser le temps au temps...Mouais, on verra quoi..."

"Chienne de vie..."

Samuel ne quitta pas son bureau avant le lendemain, il y passa la nuit, dans son fauteuil, le regard rivé sur Ataxia...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 71e étage : Appartement de Lily Roverandom   

Revenir en haut Aller en bas
 
71e étage : Appartement de Lily Roverandom
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Appartement de Louane, étage 3
» [Fiche d'île] Amazon Lily
» Roverandom
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» Alvéole De Lily-Miel...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ataxia : nouvelle génération :: Ataxia :: Schya :: Gratte-ciel Schya :: Étages :: Appartements-
Sauter vers: