Ataxia, la capitale d'un monde chaotique où le pouvoir découle de la richesse et de la terreur.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand la persuasion devient la meilleure arme... [Contrat]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elizabeth Levy
Espionne
avatar

Nombre de messages : 359
Age : 26
Société : Schya
Formation : Technique policière et criminologue
Citation : «L'art d'être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l'art de réussir»
Date d'inscription : 26/11/2007

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Armes: Desert Eagle noir et un petit couteau
Equipement:

MessageSujet: Quand la persuasion devient la meilleure arme... [Contrat]   Mer 23 Juil - 18:34

Elizabeth, pendant la touche finale de toute sa mise en beauté, s'était récapitulée le plan qu'elle s'était échaffaudée pour accomplir la dite mission qu'on lui avait jeté. Ou plutôt, qu'elle avait accepté d'accomplir après un vide total de non-contrats. Elle se parlait à elle-même, à voix haute, comme si elle entretenait une discussion avec son reflet dans le miroir devant lequel elle était postée.

"Bon! Je suis prête!"

Sur ce, elle se dirigea vers la porte d'entrée de son appartement, s'empara de quelques derniers éléments qui suivaient une femme dans ses déplacements, et sortit avec l'idée en tête qu'elle s'aventurait sur un terrain qui lui était peu inconnu. Servir d'escorte. Sa séduction innée allait sans doute lui être utile. D'autant plus que son pouvoir de persuasion lui sera d'une grande utilité quand viendra le temps de convaincre cette mannequin de se joindre dans leurs rangs pour le richissime homme qui l'employait.

Arrivée à destination, l'espionne esquissa un sourire séducteur afin d'amadouer un peu tout le monde sans que cela soit réellement nécessaire. Bien qu'on lui ait fourni une photo de l'homme qu'elle devait escorter à titre de décoration, elle ne le trouva pas dans la mêlée qui papotait un peu avant la tenue de ce défilé.

*Ce sera difficile de le trouver!* songea-t-elle en soupirant.

Ne perdant pas espoir, la jeune femme se dit qu'elle le verrait sans doute plus tard. Et puis, si elle pouvait entrer en coulisses pour convaincre la mannequin en question, elle s'y risquerait bien. Toutefois, pas question de faire des folleries alors que cela fait à peine 15 minutes qu'elle était arrivée. Créer des remous, mais pas tout de suite, sans toutefois avoir recours à la violence. C'était bien une devise à laquelle Elizabeth adhérait. Si l'on pouvait accomplir une mission sans recourir à la violence, le tout serait réglé en un rien de temps.

Un serveur passa à côté d'elle, exhibant son plateur couvert de flûtes. Il lui en proposa une, expliquant par le fait même de quel vin blanc il s'agissait. La jeune femme s'empara d'une coupe et remercia l'homme vêtu de noir et blanc qui lui décocha un sourire reconnaissant avant de se diriger vers d'autres groupes de gens. Elle prit une gorgée pour s'hydrater un peu, balayant son regard sur la place noire de monde. Elle riva son regard sur une nuque qui lui était familière.

*Est-ce que c'est...?*

Elle s'avança vers cette personne en frayant son chemin parmi les nombreux rassemblants circulaires.

"Lily?!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: Quand la persuasion devient la meilleure arme... [Contrat]   Mer 23 Juil - 20:16

Depuis voilà deux mois, Lily avait bloqué une journée complète, car son frère, Oscar, était de passage à Ataxia, et elle comptait bien passer la passer en sa compagnie. Et cette journée était arrivée. Elle avait retrouvé Oscar à sept heures du matin - on était très matinal chez les Roverandom - et ils avaient tout d'abord pris leur petit déjeûner chez Starbucks. Pas très chic, mais le frère et la soeur aimaient ces cafés depuis tous petits, il s'agissait d'une sorte de tradition. Puis, ils s'étaient baladés dans le quartier Schya, avant d'aller déjeûner dans un des meilleurs restaurants de la ville. Comme deux enfants sages. Mais cela n'avait pas duré. Si, durant le service, ils savaient se montrer très corrects, lorsqu'ils avaient du temps libre, ils aimaient se laisser aller. Aussi, après une petite balade digestive, ils s'installèrent à la terrasse d'un bar à vin et commandèrent une bouteille de Dom Pérignon. Puis une autre. Et, alors qu'ils en étaient à la moitié de la seconde bouteille et que l'après-midi touchait à sa fin, Lily reçu un appel de la Schya.

- Et m... merdre ! marmonna-t-elle en tirant son portable de sa poche. Z'bas l'moment !

Elle fit plusieurs tentatives pour décrocher son téléphone, et une fois qu'elle eût réussi, elle porta le combiné à son oreille.

- Heullô ?

- Roverandom. Urgence. Un agent chargé d'un contrat a eu un accident. Vous êtes la seule disponible. Rendez-vous au casino Polytelis pour retrouver Elizabeth Levy, qui sera votre coéquipière pour cette mission. Nous vous envoyons les détails par mail. Terminé.


- M... M... Att... tendez ! bégaya Lily.

Mais trop tard, on avait déjà raccroché. Lily resta interdite, fixant le téléphone d'un air complètement halluciné, avant de pousser un bref couinement, digne d'une souris sur laquelle on aurait marché dessus.

- Les... les salops !


- T... trop ! répliqua Oscar qui avait entendu la conversation, que Lily avait mise en haut parleur sans même s'en rendre compte. Mais f... file, s... soeurette ! S'non, t'vas avouâr des prrrroblèmzes !

- V... Vouais... Bon... Bon... Bah... Déso... solée. Le d'voir m'pelle,
bredouilla-t-elle en se levant tant bien que mal, envoyant au passage valser sa chaise et la table voisine, heureusement inoccupée.

Quarante minutes plus tard, Lily comatait sur une banquette du casino Polytelis. Elle était passée par la Schya pour se changer : elle portait une robe qui, malgré sa simplicité - noire, longue et droite, à fines bretelles - valait une petite fortune. Circonstances obligeaient : elle avait pris conscience de la teneur du contrat auquel elle devait participer contre son gré. Si elle devait passer pour une hôtesse, elle serait plus crédible ainsi qu'en costard, même le plus élégant qui soit.

Elle était passée par l'infirmerie, comptant trouver le docteur Carter, espérant qu'il saurait lui indiquer un de ses remèdes miracles, mais, malheureusement, il n'était pas présent. Lily n'avait donc pu faire passer le mal qui la rongeait... En clair : elle était toujours saoûle comme un coing. Et elle espérait que cela passerait rapidement... Mais il y avait de fortes raisons d'en douter.

Soudain, une interjection la fit se retourner. On venait d'appeler son nom.

- Lévy ! répondit-elle d'une voix pâteuse.

Elle se releva en oscillant, et se dirigea vers Elizabeth en titubant.

- Ah vvvvvous vvvvvoilà ! Bvon... Bah chuis prête hein. Il est où l'maquereau ?


Et dire que la dernière fois que les deux Schya s'étaient retrouvées ensemble, Lily était dans le même état, comme si, depuis la dernière fois, elle n'avait pas désaoûlé. La mission promettait de ne pas être banale...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Levy
Espionne
avatar

Nombre de messages : 359
Age : 26
Société : Schya
Formation : Technique policière et criminologue
Citation : «L'art d'être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l'art de réussir»
Date d'inscription : 26/11/2007

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Armes: Desert Eagle noir et un petit couteau
Equipement:

MessageSujet: Re: Quand la persuasion devient la meilleure arme... [Contrat]   Mer 23 Juil - 23:33

*Elle est saoûle ou quoi?* songea Elizabeth en la voyant vaciller de la sorte.

D'autant plus que sa voix, son ton ayant légèrement changé, n'était la même qu'l'habitude. La jeune femme la scruta du regard, la questionnant du même coup. Était-elle là depuis plus longtemps et elle n'avait pas su modéré sa consommation d'alcool? En pleine mission, dans cet état, qu'est-ce cela allait donner? Enfin, cela pouvait avoir ses bons côtés, mais pessimiste dans la présente situation, l'espionne ne trouva pas de points positifs à la chose.

"Euh... Lily? Ça va?" demanda-t-elle.

Certes, elle n'avait qu'à considérer son allure pour comprendre que ce n'était pas tout à fait le cas. Elle n'était là à 100% et c'était bien une chose qui agaçait la jeune femme à la chevelure ébène qui misait sur la maxime d'être en pleine possession de ses moyens lors de la réalisation d'une mission. Ainsi, en cas d'imprévu, notre esprit a tendance à mieux raisonner et à tirer profit des points positifs qui nous entourent.

L'autre femme rasa de tomber, mais Elizabeth la retint du mieux qu'elle put pour éviter d'attirer l'attention sur elles. Elle l'entraîna dans un coin plus tranquille où elles pourraient discuter plus à l'abri des oreilles indiscrètes qu'ils pouvaient y avoir.

"Dis donc! T'en a pris un coup..." remarqua l'espionne.

Elle se remémora leur dernière rencontre, celle-là même où toutes les deux avaient bu un peu trop ce soir-là. Quoi qu'il en soit, la jeune femme sobre avoua avoir passé du bon temps en sa compagnie. Néanmoins, elles n'étaient pas sur des heures de travail pendant qu'elles s'étaient payées ce bon temps. La situation différienciait de beaucoup de celle à l'heure actuelle.

"Non, je ne l'ai pas encore repéré. C'est noir de monde! De toute façon, il n'est peut-être toujours pas arrivé. Qu'importe, garde l'oeil ouvert, toi aussi."

*Enfin, si tu y arrives...* soupira-t-elle intérieurement.

Si Lily, sa collègue, pouvait l'aider malgré son état c'était bien sûr pour cibler l'homme qui les avait embauché pour la soirée. Elizabeth jeta un coup d'oeil dans la salle bondé, étirant son cou à la recherche de l'homme en question. Toujours rien. Toutefois, elle ne perdit pas espoir. C'était bien la dernière chose à perdre.

Reposant ses yeux sur sa collègue en piètre état malgré sa tenue plutôt, car il fallait rayonner dans le luxe ce soir - chose à laquelle l'espionne ne fut pas exempt en s'habillant d'une somptueuse robe de la même couleur que ses cheveux agrémentée de parures en argent qui faisait en sorte qu'elle brillait tout particulièrement -, elle la considéra un moment. D'autant plus qu'elles ne passaient pas pour des jeunes femmes qui ont une quête à accomplir pendant la soirée. Elles passaient plutôt inaperçues et c'était pour le mieux. Toutefois, elle espérait bien que les effets secondaires de l'alcool s'escomptent rapidement.

"Tu n'es pas allée voir Martin... euh, le Docteur Carter pour lui demander un truc pour contrer... ça?" demanda-t-elle.

L'espionne se resaisit bien vite lorsqu'elle mentionna le prénom de Carter en la présence de Lily. S'il y avait une chose qu'elle ne devait pas lui, et plus spécialement dans son état actuel, c'était de lui dire que lui et elle entretenait une relation enflammée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: Quand la persuasion devient la meilleure arme... [Contrat]   Sam 26 Juil - 23:07

Lorsque sa collègue l'entraîna dans un coin un peu à l'écart afin qu'elles évitent de se faire remarquer, Lily se laissa mener sans résister, regardant autour d'elle d'un regard qui se voulait féroce mais qui était, au final, très embué.

- Dis donc ! T'en as pris un coup.
fit remarquer Elizabeth.

Lily secoua vivement la tête en signe de négation.

- Nonononononon ! Pas qu'un ! Tout plein ! Même que c'était suuuper bon ! Et voui voui voui je vais ouvrir le noeil, hein ! Chuis là pour za, t'façons !

Elle fit la grimace et articula de façon exagérée le fameux "gna gna gnaaa !".

- Bien zûr que chuis allée voir Carter ! Mais c'te nouille, l'était pas là !


Elle secoua la tête, puis s'appuya sur l'épaule d'Elizabeth, comme quelqu'un qui aurait besoin d'un soutien pour pleurer. Mais Lily ne pleurait pas. Elle ricanait même, bien que ce rire soit très amer.

- Pfff ! J'devais pas v'nir, savez ? C'tait pas prévvvvu ! J'avais pris mon c... c... congé ! Bande de connards ! J'devrais être avvvvec mon f... fr... frère, pas à la pêche à la morue !!!


Elle releva la tête et tenta de se dresser sur une banquette, afin de surplomber la salle.

- Où est-ce qu'elle est, d'ailleurs, c'te morue qu'on doit chopper ?

En matière de discrétion, elle pouvait repasser... Elle risquait grandement de compromettre la mission par son handicap imprévu. Le pire était qu'elle en avait en partie conscience... Mais en partie pas. Elle n'était pas en mesure de contrôler son comportement et encore moins à même de mener à bien la moindre mission.


[Je suis désolée, c'est très court, mais je ne voulais pas retarder encore plus l'avancement du topic. Je me rattraperai au prochain post 8) ]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Levy
Espionne
avatar

Nombre de messages : 359
Age : 26
Société : Schya
Formation : Technique policière et criminologue
Citation : «L'art d'être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l'art de réussir»
Date d'inscription : 26/11/2007

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Armes: Desert Eagle noir et un petit couteau
Equipement:

MessageSujet: Re: Quand la persuasion devient la meilleure arme... [Contrat]   Lun 1 Sep - 17:46

Impuissante quant à l'apaisement de ce soit-disant «sortilège» du à l'ivresse elle-même, Elizabeth se contentait de soutenir sa collègue du mieux qu'elle pouvait en lui indiquant de ne pas se faire remarquer par ses manières exagérées. En vain. Lily faisait des siennes et parlait plus fort qu'à la normale. Grimpant sur la banquette, l'espionne trouva que c'en était assez et que sa consoeur devait s'arrêter dans les minutes qui suivaient.

"Lily!" chuchota-t-elle en lui tirant le bras pour la faire descendre. "Lily! je ne sais pas où cette «morue» est. Cependant, tâche de ne pas faire l'idiote pour faire tout râter. On nous a employé et que tu le veuilles ou non, t'es ici. Alors, fais donc ce que tu as à faire, le plus vite que tu peux. Ensuite, tu pourras rentrer chez toi. Mais, pas avant d'avoir repéré cette mannequin qu'on doit convaincre de servir d'escorte le «dit-monsieur» qu'on doit d'abord escorter."

Ramenant finalement l'ivre au même sol qu'elle, Elizabeth eut une idée. Si Lily était dans cette état, elle aurait, en quelque sorte, plus de facilité à se faufiler dans les coulisses afin de convaincre cette mannequin. Planifiant le tout dans son esprit pour le dire le plus simplement possible à sa collègue, elle la soutient malgré tout.

"Écoute, Lily. Tu vas te faufiler dans les coulisses pendant que moi, je cherche la «morue» qu'on doit escorter. Avec ton imagination, tu trouveras bien un moment moyen de te rendre là-bas sans problème..."

«Et vu ton état, ce sera on ne peut plus facile... Enfin, je l'espère...» songea-t-elle.

Alors qu'elle remettait sur ses pieds afin de la maintenir bien droite, les manières et les manies de la saoûlonne firent perdre pied à l'espionne qui bascula vers l'arrière en plein milieu du couloir menant aux salles de toilette. Cependant, elle sentit plutôt un corps qu'un mur ou bien le plancher la soutenir pour lui faire reprendre l'équilibre. Dès lors, elle put faire choir sa collègue sur la banquette pendant qu'elle s'occupait de l'homme qui lui avait fait évité une chute.

"Qui dois-je remercier?" demanda-t-elle d'une voix pleine de charmes avec un regard qui accompagnait sa couverture de mission et son fameux sourire en coin de séductrice.

[Pardonnez-moi!!!!! Je suis partie en vacances entre temps, j'ai débuté l'école et ce faisant, j'ai eu beaucoup d'obligations qui m'ont empêché de vous répondre. Enfin bref, c'est à Elias de poster à présent. ;) Bienvenue parmi nous! :P]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elias Andersen
Agent de terrain
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 33
Société : Diacryon
Formation : Infiltration et Contre-Terrorisme
Citation : A lutter avec les mêmes armes que ton ennemi, tu deviendras comme lui -N.Machiavel-
Date d'inscription : 15/07/2008

Feuille de personnage
Age: 24
Armes: Desert Eagle
Equipement: Plus d'appareil photo

MessageSujet: Re: Quand la persuasion devient la meilleure arme... [Contrat]   Jeu 5 Fév - 2:15

[En matière de délai, je bas des records!! En espérant que vous soyez toujours motivées à mener ce contrat à termes, mesdames! Moi, je suis de nouveau d’attaque!]

Le boulot reprenait… Après une très courte période de grâce, la Diacryon avait décidé qu’Elias s’était suffisamment bien acclimaté à son milieu pour mettre en branle sa première mission. Rien de bien sorcier. Par intermédiaires interposés, ils avaient organisé un contrat un peu bidon afin d’attirer une équipe d’espionnage de second niveau de la Schya. L’objectif ? Que les criminels en question tombent par le plus pur des hasards sur Elias, afin que ce dernier puisse les assister dans l’accomplissement de leur mission et qu’il se fasse connaître en tant qu’agent de proxénète indépendant. Les grandes huiles pensaient que, combiné à son profil et à son style, cela suffirait à ce que le syndicat tente de le recruter. Après, il pourrait voler de ses propres ailes!

La première partie de l’opération s’était déroulé très plaisamment. Il avait approché et séduit mademoiselle Larose, ce qui n’aurait été une formalité même sans le dossier béton monté par les renseignements de la Diacryon. Il y avait de toute façon belles lurettes qu’Elias avait fait taire ses scrupules face à ce genre de pratique, et comme Ambre caressait plus qu’agréablement la rétine…

Par contre, ce soir se jouait la véritable première partie. Bien qu’il ait été entraîné pour cela, et qu’il excellait dans ce genre de situation, le fait qu’il s’agisse de sa première véritable mission pour Diacryon et qu’on lui avait tout fourni sur un plateau d’argent afin qu’il ne puisse pas échouer le rendait un tantinet nerveux, alors qu’il revêtait son long manteau par-dessus son élégante tenue un brin non conventionnelle pour se rendre au Casino. Ataxia lui avait appris une chose depuis son arrivée : elle seule contrôlait le sort en ses rues…

Il se rendit très tôt à la réception, en sa qualité de photographe officiel de l’événement. Le concepteur étant un compatriote suédois, il n’avait eu aucune difficulté à s’en faire un ami, et c’est tout naturellement que ce dernier lui proposa de s’occuper des clichés de la soirée.

Il s’acquitta de sa tâche avec professionnalisme, photographiant la salle ainsi que les personnalités conviées qui défilaient sur la petite allée d’honneur emménagée pour l’événement. Il vit passer le prête-nom qui commanditait en toute innocence de cause l’opération, ainsi que le designer et sa Rose, qu’il gratifia d’un clin d’œil.

Le cocktail d’ouverture battait maintenant son plein et Elias errait d’un groupe à l’autre, coupe en main, autant pour remplir son rôle que pour tenter d’identifier les émissaires de la firme. Il n’avait eu aucun succès pour le moment, ce qui devenait problématique considérant le commencement éminent du défilé.

C’est alors qu’il remarqua un éclaircissement de la foule, qui s’éloigna d’un coupe de deux magnifiques jeunes femmes à la chevelure foncée. Il ne les apercevait que de dos, mais le profil de l’une des deux dames lui rappelait vaguement quelqu’un…


« Impossible… », murmura-t-il.

N’osant le croire, il entreprit de fendre la foule et de se diriger vers elles. Non, c’était impossible…ils n’auraient jamais… Il savait qu’elle appartenait à la Schya, mais ses aptitudes particulières ne justifiaient aucunement sa présence ici! Quelque chose en quelque part avait nécessairement merdé, et alors qu’il complétait les derniers mètres, il avait l’esprit en ébullition, entraîné par toutes les machinations hypothétiques qui pourraient être impliquées dans cette histoire.

Plus de doute possible maintenant : il s’agissait bel et bien de sa tueuse. Contre toute attente, elle démontrait des signes d’ébriété avancée. Simple couverture? Comment savoir, avec cette femme… Voilà qui allait compliquer sérieusement la donne.

Les événements s’enchainèrent avant qu’ils ne puissent hésiter bien longtemps quand à la marche à suivre. La jeune demoiselle qui tentait d’assister sa tueuse à demeurer à la verticale s’emmêla les pieds et montra des signes avant coureur d’une chute inévitable. Y voyant une opportunité d’aborder le curieux duo, en supposant qu’elles formaient bel et bien un duo, il se lança et se fia à ses talents d’improvisateur…et d’acteur. Il se positionna rapidement derrière elle et amortit sa descente de son propre corps, la remettant ensuite délicatement sur ses pieds en poussant contre ses épaules de ses deux mains. Elle lui décerna un petit sourire en coin sans se retourner en guise de remerciement, avant d’assoir la tueuse bourrée et de revenir vers lui.

Il s’agissait d’un charmant brin de femme, au visage rayonnant et au sourire espiègle aussi charmeur que contagieux. En un mot, craquante, et elle le savait. Cela faciliterait le jeu.

Paré de son demi-sourire, son appareil photo des grandes occasions dans une main, il se présenta avec son léger accent étranger, ignorant pour le moment sa tueuse.


« Elias. Elias Andersen. Et si vous permettez, mademoiselle, je récolterai dès maintenant le paiement de ma galanterie… »

Sans réellement lui laisser le temps de répondre, il leva son appareil photo et lui accorda quelque secondes pour prendre une pause, avant de l’immortaliser sur pellicule. Il la remercia en inclinant la tête, avant de reprendre sur le même ton de badinage.

« Et dites-moi, comment devrais-je baptiser cette photo? »

C’est seulement après coup qu’il détourna le regard de quelques centimètres pour la porter sur sa tueuse, et qu’il se permit d’exprimer toute la surprise qu’il avait initialement ressenti en la voyant. Il demeura ainsi, fixant de ses yeux écarquillés quelques secondes son premier contact avec le monde mafieux d’Ataxia, avant de prononcer d’une voix incertaine

« Ophélia…quelle…agréable surprise de te rencontrer ici… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Roverandom
Tueuse à gages
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 29
Société : Schya
Formation : Garde du corps
Citation : Win or die
Date d'inscription : 19/11/2007

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Armes: Sig-Sauer Pro SP 2022, wakizashi, sniper
Equipement: Silencieux, poisons, téléphone portable multifonction

MessageSujet: Re: Quand la persuasion devient la meilleure arme... [Contrat]   Sam 7 Fév - 20:04

Lily écoutait à peine ce que lui disait sa collègue. Elle continuait à marmonner dans sa barbe quelques râleries portées contre ce contrat impromptu, contre le boss de la Schya, contre sa propre collègue, contre le maquereau et la morue qu’elles devaient pêchés, ainsi que contre, en vrac, le casino Polytelis, le rosé Portugais et les sardines à l’huile. Malgré son état d’ébriété plus qu’avancé, Lily ressentait bien l’importance du contrat qu’elle avait à remplir. Le but lui-même du contrat lui semblait futile, mais on lui avait confié une mission et elle se devait de la remplir. Mais d’un autre côté… Oh ! comme elle n’en avait aucune envie. Et pire que cela, elle s’en sentait bien incapable vu son état. Elle y voyait à peine clair et avait bien du mal à marcher droit. Elle faisait une bien piètre tueuse à gages en l’occurrence. Tout ce qu’elle souhaitait pour le moment était d’en finir avec cette histoire et d’aller cuver son vin sur son canapé devant un bon film.

Lorsqu’Elizabeth lui suggéra la marche à suivre pour le démarrage du contrat, Lily entreprit de se redresser, avec l’aide de sa collègue. Mais cette dernière semblait avoir bien du mal à gérer le boulet qu’était présentement Lily, et on ne pouvait pas lui en vouloir. Elizabeth commença à basculer en arrière, entraînant Lily à sa suite. Mais la chute de l’espionne fut stoppée grâce à l’intervention d’une tierce personne, que Lily ne remarqua pas tout de suite, pour la simple et bonne raison que sa propre chute avait été stoppée par la poitrine de sa collègue qui lui servit plus ou moins d’air-bag et lui coupa la vision durant quelques secondes. Dans une autre situation, Lily en aurait certainement été ravie et en aurait peut-être profité un petit peu, l’air de rien et avec sa classe habituelle. Mais en l’occurrence, elle n’avait pas vraiment la tête à cela. Elle avait même à peine conscience de la situation. Tout ce qui lui traversait la tête était la pensée qu’il lui fallait absolument rester en station verticale.

Lorsqu’enfin elle se redressa, s’appuyant tant bien que mal contre le dossier d’une banquette, ce fut pour croiser un regard qui fit sonner une cloche dans son esprit. Cette personne ne lui était pas inconnue. Elle avait déjà croisé cet homme. Et pour qu’elle s’en souvienne ainsi malgré son état, c’était qu’il devait y avoir quelque chose de bien particulier le concernant. Quelque chose qui l’avait marquée. Peut-être parce qu’il s’agissait d’un sacré…

- Phénomène !!! s’exclama Lily.

Quelque chose comme une décharge électrique la parcourue. Ce qui suffit à lui faire retrouver quasiment tous ses esprits. Quasiment… On peut soudainement se sortir de l’ébriété, mais pas totalement. Elle avait maintenant une demie seconde pour décider de l’attitude à adopter. Et ce n’était pas chose aisée avec la dose d’alcool qu’elle avait dans le sang et qu’elle allait maintenant sérieusement devoir tenter de maîtriser. Entre conscience et inconscience, elle choppa sa collègue pour l’éloigner d’Elias, se colla à elle et lui chuchota… Enfin, elle pensa chuchoter, mais en fait elle maîtrisait si peu sa diction qu’elle parla à voix haute :

- Vous z’approchez pas de lui, Levy. Il est pas net, c’type.


Elle reculait, entraînant Elizabeth à sa suite, ne quittant pas Elias des yeux, d’un regard certes dur et soupçonneux mais toujours embué par l’alcool. C’est alors que, dans le dos du jeune homme, elle repéra une femme qui elle aussi sonna à son tour une cloche dans l’esprit de Lily.

- LA MORUE !!! s’écria Lily en lâchant Elizabeth et en s’élançant dans la direction du mannequin qui s’était tournée vers le trio avec un air outré à l’appellation de la tueuse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la persuasion devient la meilleure arme... [Contrat]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la persuasion devient la meilleure arme... [Contrat]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le cauchemar devient réalité [Solo]
» Lorsque l’ennuie devient trop pesant… [PV Mimi]
» Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]
» QUAND UN FACHE DEVIENT UN FACHISTE LUI?EUX??KAKAKOK OU MARETELLY ?
» Quand le rève devient réalité...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ataxia : nouvelle génération :: Ataxia :: Quartier des affaires :: Casino Polytelis-
Sauter vers: