Ataxia, la capitale d'un monde chaotique où le pouvoir découle de la richesse et de la terreur.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un traitre dans les rangs

Aller en bas 
AuteurMessage
Leonard le Bollec
Médecin
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 26
Date d'inscription : 18/07/2008

Feuille de personnage
Age: 32 ans
Armes: Un pistolet, un spray au poivre, des éperons
Equipement: Une fourchette, un couteau, une bouteille de désinfectant

MessageSujet: Un traitre dans les rangs   Mar 22 Juil - 0:49

Quelques heures encore avant le weekend. Leonard et Fanny, l’infirmière qui l’assistait fréquemment, serpentaient dans les couloirs de l’infirmerie, et rendaient visite aux personnes qu’il avait opéré dernièrement. Il faisait un bilan sur leur état de santé pendant que la jeune femme changeait leur perfusion, leurs pansements, elle s’occupait d’enlever les fils avec les quels on les avait recoud, ou d’autres taches de ce genre. A 18h, elle lui demanda s’il avait encore besoin d’elle. Lui qui n’attendait qu’une seule chose : pouvoir s’occuper de ses patients seul lui dit avec un grand sourire qu’elle pouvait partir. Ils se saluèrent rapidement, et elle disparu.

Il attendit quelques instants, puis il se rendit dans une salle fermée à clé où se trouvaient des seringues sous vide stérilisées. Il en prit quatre, qu’il rangea dans la poche de sa veste, avec un flacon qu’il avait toujours ou presque sur lui. Il continua alors ses visites, mais il injectait à présent à chaque patient une petite dose du contenu de son flacon, qui était le virus avec le quel il contaminait les Schya depuis des années. Il ne craignait pas grand-chose, les symptômes mettraient trois voir quatre semaines à se déclarer, fatigue, fièvre et maux de tête.

Tout cela lui prit une heure et demie, il finit donc son service une demie heure en retard. Il jeta les seringues usagées, et plaça le flacon dans une petite poche dissimulée à l’intérieur de sa blouse blanche. Il était vide, mais on n’était jamais assez prudent. Il savait qu’être découvert signifiait sa mort, quoi qu’il fasse : que ce soit par la Schya pour se venger, que par la Mavros pour qu’il garde le silence. Il vivait dans le stress permanant que lui donnait cette idée, un frisson lui traversa le dos, puis, il se dirigea vers la salle du personnel où se trouvaient les casiers de chacun.

Il ouvrit le sien, pour y prendre deux dossiers rouges qu’il avait à trier pendant son weekend, et il s’assit quelques instants sur une chaise, après avoir mit en route la machine a café. Il n’en avait pas dans sa chambre, elle était en panne, alors autant en prendre une tasse avant de s’en aller. Un peu perdu dans ses pensées, en train de se remémorer ce qu’il avait dans ses placards pour savoir ce qu’il allait manger, il n’entendit pas le petit bip d’alerte qui annonçait qu’il fallait remettre de l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martin Carter
Médecin en chef
avatar

Nombre de messages : 300
Age : 34
Date d'inscription : 28/01/2008

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Armes: injecteur et ses projectiles
Equipement: synthétiseur de drogues, scanner et trousse de soin standard

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Mar 22 Juil - 3:36

Carter n'en reenait toujours pas: qui avait bien pu créer un virus d'un tel genre pour contaminer les membres de la Schya? Les symptômes en auraient trompé plus d'un mais le médecin chef avait des yeux et des oreilles un peu partout et l'absence de cas similaires prouvait sa théorie: on attaquait la Schya de l'intérieur... Carter devait faire part de cette découverte à son petit protégé, Léonard: il saurait sans doute l'aider dans son enquête personnelle. Contrairement à bien des gens, MArtin avait vu en Léonard un successeur digne de lui et il comptait lui fiare part de ces projets ce soir, en même temps que sa sinistre annonce. Passant devant la salle du personnel, il entrevu son protégé et entendit le bip de la machine à café. Un sourire aux lèvres (chose rare, très rare), le médecin chef entra dans la pièce en saluant son collègue à sa façon.

"Mon cher Léonard, combien de fois devrais-je vous le dire: l'équipement est comme les instruments: mieux vous les trairerez et mieux ils vous serviront, vus assisteront dans votre tâche. Vous êtes bien cruel de laisser agoniser cette pauvre machine... Mais dites moi Léonard... Vous me semblez bien pâle. Nerveux même. Ne me dite pas que vous et cette infirmiere vous..."

Évidemment, Carter faisait référence à son cas problème perpétuel en la personne de James MacCarthy en qui Martin voyait une aura de débauche et de corruption. Le regard sévère qu'il posa sur son petit protégé en disait long sur ce qu'il pensait...

"Cela expliquerait certaines de vos plages de temps supplémentaires..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonard le Bollec
Médecin
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 26
Date d'inscription : 18/07/2008

Feuille de personnage
Age: 32 ans
Armes: Un pistolet, un spray au poivre, des éperons
Equipement: Une fourchette, un couteau, une bouteille de désinfectant

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Mar 22 Juil - 14:08

Leonard eut un sursaut. Son cœur s’affola quelques instants, et il tourna la tête pour apercevoir son chef entrer dans la salle. D’un bond, il se leva pour aller vers l’évier, et remplir une carafe en métal d’eau, pour finalement la verser dans la cafetière qui cessa aussitôt son alarme. Il fallait vraiment être sourd ou tête en l’air pour ne pas remarquer un son aussi strident que celui-ci pensa t-il. Il secoua la tête pour enlever ses cheveux de derrière les oreilles, et dit à l’homme :

-Pardon, j’étais ailleurs. Je vous sers une tasse ? demanda t-il en en prenant deux dans un placard.

Il haussa un sourcil à la question de son supérieur. Il n’eut pas à feinter l’incompréhension, puisqu’il ne comprenait réellement pas où Martin voulait en venir. Il était pâle à peu près tout le temps, et semblait nerveux en permanence, alors pourquoi cela interloquait Carter aujourd’hui ? Il soupira, et s’étira, faisant craquer les os de son dos, en réfléchissant à ce que venait de dire l’homme.

-Cette infirmière, vous parlez de Fanny ? Il comprit soudainement. Vous pensez qu’elle et moi nous… ?

Il eut un rire franc et cristallin.

-Sauf votre respect monsieur, vous avez du inhaler quelque chose de pas net, jamais je ne me permettrais ce genre de chose.

Il retourna s’assoir à sa place tandis que la machine filtrait le café. Il eut envie d’une bonne cigarette, mais il était hors de question de fumer dans les locaux de la Schya, et encore moins dans l’infirmerie. Il devrait attendre d’être de retour dans son appartement, il n’aurait qu’à aller s’en griller une sur le balcon. Il avait de bonnes relations avec son chef, même si elles restaient strictement professionnelles. Extérieurement, il le traitait avec le plus grand des respect qui soit, intérieurement, il le voyait comme un sombre crétin, mais il devait bien le reconnaitre, un crétin talentueux, dont il fallait se méfier.

-A vrai dire, j’étais en train de m’interroger sur mon menu de ce soir, j’étais en pleine confrontation entre spaghettis, tagliatelles ou coquillettes. Il rit à nouveau. Et pour ce qui est de mon temps supplémentaire de ce soir, j’ai eu quelques soucis avec le patient de la chambre 234, il fait une réaction allergique aux antidouleurs qu’on lui a donné.

Il posa la main sur les dossiers qu’il avait sortit de son casier quelques minutes plus tôt.


-Je m’apprêtais donc à éplucher tout ça pour savoir qui lui a donné ce traitement, et voir s’il avait déjà eu ce genre d’allergie avant. Ce n’est pas grave, pour le moment en tous cas, mais son bras a doublé de volume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martin Carter
Médecin en chef
avatar

Nombre de messages : 300
Age : 34
Date d'inscription : 28/01/2008

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Armes: injecteur et ses projectiles
Equipement: synthétiseur de drogues, scanner et trousse de soin standard

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Lun 28 Juil - 2:25

"S'il n'y avait que ces problèmes d'ordre mineur, je serais une personne heureuse. Cependant, nous sommes la cible d'un agent infiltré, j'en ai la profonde certitude. Et au vu du type d'attaque, je suis persuadé que cela vient de nos "rivaux de toujours" sous le commandement de cette femme aux cheveux rouges dont l'usage du nom est interdit dans cette infirmerie. Enfin... Dans son périmètre environnant également. Je me doutais bien qu'il y avait un peu plus de jugeotte que cela dans leurs petites têtes de brutes... La Synnefo a au moins le mérite d'être... radicalement expéditive. Et dire que le patron refuse de mettre sur pied une escouade anti-hacker..."

Maugréa le médecin chef avant de reporter son attention sur son petit protégé. Ah, il ferait un fier médecin chef celui là quand viendrait le temps de lui succéder... Martin revint cependant très vite sur terre en se rappellant que les apparences étaient souvent trompeuse et que son pronstic risquaait de se transformer au fil du temps. Retenant àa grand peine une moue de déception, il reprit la parole, pour le jeune médecin cette fois.

"Si vous parlez de cet idiot de Trent, sachez que cela n'a rien à voir avec une réaction aux anti-douleur. Il fait une allergie au chocolat, fouillez moi pourquoin et ce crétin demande à ses petits amis de lui en apporter en cachette. Je ne serais pas surpris qu'il en avait sur lui et que ledit chocolat a touché son bras. Une allergie au chocolat vous vous rendez compte Léonard? On nage presque en pleine science-fiction!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonard le Bollec
Médecin
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 26
Date d'inscription : 18/07/2008

Feuille de personnage
Age: 32 ans
Armes: Un pistolet, un spray au poivre, des éperons
Equipement: Une fourchette, un couteau, une bouteille de désinfectant

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Jeu 31 Juil - 15:11

Leonard eut bien du ma à retenir un petit sourire amusé par les propos de son chef. La dame Helies lui inspirait elle un dégout –ou une crainte- si important qu’il se refusait à prononcer son nom ? Il pensa avec ironie à un livre du début du siècle qu’il avait lu étant enfant, où un méchant mage voulait prendre la procession du pouvoir, et les gens terrifiés par lui n’osaient prononcer son nom. Lui-même prononçait souvent le nom « d’Eloane Helies ». Il ne s’en cachait pas, la plus part de ses collègues le savaient et le réprimandaient, le règlement, c’était le règlement. Mais il avait dans le rôle qu’il jouait une attitude plutôt indifférente par rapport aux conflits qui opposaient les trois grandes sociétés criminelles de la capitale. Il répétait souvent que la chose la plus importante que devaient faire la Schya était répondre aux demande des commanditaires, et non pas faire la guéguerre avec des gamins irresponsables.

Pour dissimuler sa réaction, il se contenta de hausser un sourcil, en se levant pour prendre les deux tasses de café qu’il posa sur la table. Ne sachant pas si Martin en voulait ou non, puisqu’il ne lui avait pas répondu, il en prit une et laissa l’autre, quelqu’un finirait bien par la prendre ou par la nettoyer. Il haussa des épaules, en buvant une gorgée du liquide un peu trop chaud, ce qui le fit grimacer, et il lui demanda :


-Quand vous dîtes que vous en avez la profonde certitude, c’est que vous avez des preuves, ou alors des idées, je vous connais bien. Ce qui est étonnant, c’est que Hugo m’en parlait euhm… Il y a une semaine ou deux je ne sais plus bien. Comme il a l’habitude de s’emballer pour rien, je n’ai pas trop fais attention, vous savez comment il est. On le laisse dire, on hausse de la tête de temps en temps et il est content commenta t-il avec un petit rire, avant de reprendre une expression sérieuse. J’espère seulement que pour une fois vous vous trompez… Vous connaissez ma position en ce qui concerne ce conflit, mais je n’aime pas trop l’idée qu’on touche a mes patients, que ce soit Helies, ou un autre. Euhm… Pardon, je sais je sais, je l’ai dis.

Il soupira et regarda dans le vide quelques instants. Finalement, il se leva, laissant son café sur la table, pour lui laisser le temps de refroidir, il prit la lourde pile de dossiers qu’il remit dans son casier et il ajouta avec un sourire a la fois amusé et satisfait :

-La bonne nouvelle dans cette histoire c’est que ma soirée va être moins longue que prévue. Plutôt que d’aller emmerder le labo pour avoir un antidouleur autre que celui qu’on lui avait donné, le nouveau là, celui qui coute les yeux de la tête, j’aurai du l’achever en lui injectant directement du banania dans les veines. Ralala, on est pas aidés…

Il retourna s’assoir un peu las, et bu rapidement son café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martin Carter
Médecin en chef
avatar

Nombre de messages : 300
Age : 34
Date d'inscription : 28/01/2008

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Armes: injecteur et ses projectiles
Equipement: synthétiseur de drogues, scanner et trousse de soin standard

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Sam 2 Aoû - 23:14

"Le traître n'est pas loin, j'en suis persuadé Léonard. Il suffit d'ouvrir l'oeil, le bon, et nous finirons bien par coincer ce scélérat. Il faut dire à sa défense que c'est un scélérat très talentueux. Je paierais cher pour pouvoir m'entretenir avec lui sur sa position vis à vis de l'utilisation bactériologique et virale comme moyen d'élimination. Il y a tellement de facteurs à considérer, de variables en constante mutation... Retenez ces paroles Léonard car dans quelques années, vous en aurez vous aussi l'Absolue certitude: les bons éléments en médecine se fotn de plus en plus rare et les prodiges encore davantage..."

Dit Martin d'un ton à la foi songeur, préoccupé et une autre nuance difficilement identifiable dans la mesure où Carter ne parlait pas souvent d'un point de vue personnel. Il n'en avait, la plupart du temps, que pour le travail, le travail et encore le travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonard le Bollec
Médecin
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 26
Date d'inscription : 18/07/2008

Feuille de personnage
Age: 32 ans
Armes: Un pistolet, un spray au poivre, des éperons
Equipement: Une fourchette, un couteau, une bouteille de désinfectant

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Mer 27 Aoû - 16:09

Les mots de son supérieur firent doucement sourire Leonard. Il lui parlait comme s’il avait plus d’expérience que lui. Qu’il soit plus doué oui, il n’en doutait pas un instant, mais il ne fallait pas oublier que Leonard avait 32 ans, et Martin lui seulement 25, une différence de presque 10 ans. Respectueux cependant, il ne lui fit pas remarquer, il se contenta de prendre un air curieux, légèrement effrayé, et il lui demanda :

-Mais a votre avis, c’est depuis combien de temps ? Je veux dire… Je ne pense pas qu’on ai pu rester ainsi caché pendant plus d’un mois ou deux. Si c’est plus, il pourrait y en avoir plusieurs qu’en pensez-vous ?

Il posa la tasse vide sur la table, et il s’étira longuement en fermant les yeux quand son portable vibra dans sa poche. Surpris, il eut un sursaut et il prit l’appareil, en faisant un signe de main vers Carter pour lui signifier qu’il s’excusait mais qu’il devait répondre. A l’autre bout du fil, une voix féminine lui confirmait un rendez-vous avec le docteur Stune ce mardi pour 14h30. C’était en fait un message codé de la part de la Mavros qui lui disait d’aller ce mardi a 14h30 dans un lieu isolé, celui où il se rendait habituellement pour échanger des information.


-C’est noté mademoiselle, bonne soirée et merci.

Il raccrocha et remit le portable dans sa poche.

-Excusez moi, rj’attendais cet appel, mais reprenons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martin Carter
Médecin en chef
avatar

Nombre de messages : 300
Age : 34
Date d'inscription : 28/01/2008

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Armes: injecteur et ses projectiles
Equipement: synthétiseur de drogues, scanner et trousse de soin standard

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Mer 3 Sep - 3:01

"Un appel? Mais de qui? Vous auriez dû me le dire en début de conversation, je serais revenu plus tard... Léonard, cher subordonné, vous êtes l'employé presque parfait dont tout patron peut rêver d'avoir, il est donc normal que pour montrer ma gratitude vous ayez droit a un peu d'intimité... Enfin, plus que d'ordinaire, n'allez rien penser de fantaisiste!"

Dit Carter en souriant. Il prit quelques secondes pour réfléchir avant de reprendre la parole.

"Vous savez Léonard, je pense que cette personne a agit seule. C'est un artiste qui a fait ça Léonard, une perle rare du domaine médicale comme on en produit trop peu. Je voudrais tellement avoir le privilège de parler de médecine avec lui. N'allez pas penser que je fraternise avec l'ennemi mais de spécialiste à spécialiste... Pouvez-vous simplement imaginer le temps que ce pauvre diable s'est donné pour parfaire un tel chef d'oeuvre de génie et de finesse? J'en étais presque réticent a défaire son travail. Mais les oeuvres d'art sont faites pour être supplantées, ce que j'ai fait avec la sienne..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonard le Bollec
Médecin
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 26
Date d'inscription : 18/07/2008

Feuille de personnage
Age: 32 ans
Armes: Un pistolet, un spray au poivre, des éperons
Equipement: Une fourchette, un couteau, une bouteille de désinfectant

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Jeu 4 Sep - 1:46

Le médecin eut un sourire amusé aux paroles de Martin. Il était vrai qu’il n’était plus en service, et qu’il n’avait donc pas besoin de se justifier sur un appel qu’il recevait, il n’était pas en tord. Mais en présence de cet homme, il était d’une politesse à toute épreuve. C’était le seul qu’il jugeait en mesure de le démasquer, même si apparemment pour le moment, il était loin de se douter de la vérité. Le pauvre petit singea ironiquement Leonard. Il avait en lui une confiance aveugle, et il voyait en sa personne son successeur. Si jamais cela venait effectivement à se produire, il serait certain de ne plus avoir a craindre d’être démasquer. Le rôle de médecin chef lui aurait donné bon nombre d’avantage… Mais il savait bien que cela ne risquait pas d’arriver, il était trop vieux, et Carter trop jeune. Tans pis, il devrai continuer a jouer sa vie chaque jour qu’il passerait ici.

-Oh oui, vous avez raison dit-il sur un ton théâtral, je suis impardonnable !

Il fut ensuite plus ou moins indirectement couver de flatteries. Comment ne pas être fier de l’œuvre qu’il accomplissait ? LA situation était bien ironique, le chez de l’ancien boss de la Mavros, qui tuait les Schya de l’intérieur se voyait couvert d’éloge, que ce soit en tant que « Leonard le Bollec, médecin » ou bien en tant qu’espion inconnu… Il ne laissa cependant rien paraître, si ce n’est une certaine indignation.

-Vous êtes tout de même en train de parler de l’…

Mais Carter l’interrompis en lui disant qu’il était impressionné par sa technique, et non par ses actes. Comment ne pas être impressionné pensa fièrement l’homme. Il était là depuis des années, et jamais on ne s’était douté de quoi que ce soit. Repensant a cela, il se senti l’espace d’un instant invincible, intouchable. Mais les paroles de son supérieur le ramenèrent a la réalité.

-Vous « avez » fait ? Vous voulez dire que vous avez déjà tenté quelque chose contre lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martin Carter
Médecin en chef
avatar

Nombre de messages : 300
Age : 34
Date d'inscription : 28/01/2008

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Armes: injecteur et ses projectiles
Equipement: synthétiseur de drogues, scanner et trousse de soin standard

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Jeu 4 Sep - 16:47

"Rien de bien vilain, rien qui ne détruise entièrement son travail. Vous verrez par vous même lorsqu'un autre de nos membres sera contaminé: nous saurons avec exactitude l'ampleur de la contamination. Pensiez-vous que cette visite médicale obligatoire des deux dernières semaines était une convocation mensuelle anodine? Certes non!"

Martin esquissa un large sourire en se rappellant tout le mal qu'il s'était donné pour créer un élément de dépistage de cet étrange virus. Naturellement, avec aussi peu de temps, il n'avait pas pu créer de contre-virus mais au moins, il serait en mesure de traquer avec efficacité la récence et l'évolution des méfaits de cet espion inconnu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonard le Bollec
Médecin
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 26
Date d'inscription : 18/07/2008

Feuille de personnage
Age: 32 ans
Armes: Un pistolet, un spray au poivre, des éperons
Equipement: Une fourchette, un couteau, une bouteille de désinfectant

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Dim 7 Sep - 22:24

Bigre, il ne l’avait pas vu venir celle la ! Depuis qu’un remède, certes couteux, avait été trouvé contre son virus, il avait déjà envisagé plus d’une fois de changer de technique, mais jamais il ne l’avait concrétisé. Là en revanche, si carter s’en mêlait d’aussi prêt, il lui devenait totalement impossible de continuer à agir de la sorte. Il allait falloir qu’il s’entretienne avec le chef de la recherche de la Mavros pour en discuter. Ce rendez-vous qu’on venait de lui confirmer serait la bonne occasion de prévenir qu’il avait besoin de s’entretenir avec lui. Il ne fallait cependant pas qu’il arrête de suite d’utiliser l’ancien virus, sinon, il risquait de se faire démasquer. Qui sait… Peut être que Martin lui disait ces choses à lui et à lui seul, pour le piéger par la suite… C’était fort probable. Il fallait qu’il fasse en sorte qu’on croit que le malfaiteur n’était au courant de rien.

-Vraiment ? Je vous reconnais bien là. Jusqu’ici, que donnent les résultats ? Un pourcentage important est infecté ?


Il savait que si l’homme poussait loin ses recherches, il verrait que tous les patients ou presque qui souffraient de la maladie étaient passés un jour ou l’autre entre ses mains. Mais il avait prévu le coup, et régulièrement, il se débrouillait pour infecter quelqu’un qui n’avait aucun rapport avec lui, qu’il n’avait officiellement ne serait-ce que vu, histoire de brouiller les pistes. Il avait aussi prit une précaution : il y avait un jeune infirmier, d’une vingtaine d’année qu’il avait prit comme bouc-émissaire. Il s’était arrangé pour que tous les malades aient été en contact avec l’homme. Le fait de repenser à cette petite ruse le rassura légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martin Carter
Médecin en chef
avatar

Nombre de messages : 300
Age : 34
Date d'inscription : 28/01/2008

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Armes: injecteur et ses projectiles
Equipement: synthétiseur de drogues, scanner et trousse de soin standard

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Mer 17 Sep - 1:35

"Important? Et comment! Pratiquement tous ceux qui sont passés par l’infirmerie présentaient des traces de contamination! Pas mes patients, évidemment, je fais une série de tests avant et après un examen, même les plus longs et les plus pénibles. Certains appellent cela de la paranoïa, moi j’appelle ça de la prudence mon cher Léonard! Et il faut dire que cela a plus que porté ses fruits : qui sait combien de morts additionnels il y aurait eu sans la découverte de ce virus… Ah, ce virologue est un fin stratège, à n’en pas douter. Le pauvre aurait dû rendre publique sa découverte au lieu de la gaspiller sur de vulgaires criminels : toutes les nations du monde se seraient battues pour obtenir ses services et ils l’auraient rendu milliardaire! Mais non, il fallait qu’il s’occupe d’un simple conflit local, quel gâchis… Mais j’y pense… Léonard, nous pourrions rendre publique ce virus, nous approprier le travail de cet artisan! Cela le fera sûrement fulminer de voir que d’autres ont su tirer partie de sa bévue… Je pense savoir comment il s’y est prit, ce sera un jeu d’enfant que d’en produire localement… Mais il faudrait bien sûr l’autorisation du grand patron avant… Oh que cela va être amusant! Et qui sait, peut-être viendra t’il exiger sa part du gâteau, auquel cas nous lui donnerons mais après l’avoir gentiment questionné… Le travail d’abord, l’intérêt scientifique après, même si cela me déplaît profondément…"

Fit savoir Carter à son protégé. Il s’autorisa une gorgée de café, n’ayant pas vraiment touché à sa tasse depuis que son collègue le lui avait offert. C’était de notoriété publique chez ce cher Carter : il pouvait passer des heures et des heures sans manger et tout d’un coup prendre une bouchée ou une gorgée et repartir dans son travail, laissant un sandwich à peine entamé et une tasse presque pleine… Mais c’était ce qui faisait et définissait Carter, ce personnage si excentrique qui hantait l’infirmerie de la Schya…


"Au fait Léonard, je me demandais… Que faites-vous ce weekend? Parce que si vous êtes libre, il y a en ville une conférence de médecine sur le renforcement mental pour améliorer le potentiel brut d’un être humain… Je suis sûr que c’est applicable sur nos petits protégés et cela promet d’être fascinant! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonard le Bollec
Médecin
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 26
Date d'inscription : 18/07/2008

Feuille de personnage
Age: 32 ans
Armes: Un pistolet, un spray au poivre, des éperons
Equipement: Une fourchette, un couteau, une bouteille de désinfectant

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Mer 24 Déc - 2:39

Ca pour sur, le stratagème mit en œuvre par la Mavros était très bon, le virus en question avait été créé uniquement pour cette mission, il avait été longuement étudié, travaillé, élaboré… Et il fallait qu’un abruti comme Carter vienne fourrer son nez là dedans, et qu’en plus il se permette de le juger ! Il avait tord sur toute la ligne. Leonard n’était pas intéressé par l’argent, et Martin aurait du la savoir, même s’il ne savait pas que lui et ce fameux virologue inconnu ne faisaient qu’un. Si quelqu’un était assez déterminé pour risquer sa vie en entrant dans l’une des organisations les plus dangereuses au monde, s’exposant à de lourdes représailles pour l’avoir trahi, c’était que son but était autre que l’argent ! C’était évident ! Un avare n’a pas ce mode de vie dangereux.

Leonard avait été formé pour cette mission depuis toujours, c’était son destin et il l’avait accepté. Il savait que tôt ou tard ça se finirait mal pour lui, même si pour le moment il n’avait eu aucun problème majeur. Si Carter s’y connaissait en médecine, il semblait être fort étranger à la psychologie, et c’était tant mieux ! Si ça avait été le cas, il aurait pu dresser un portrait plus ou moins précis de son coupable et remonter plus facilement à son petit protégé…

Ensuite, qu’est ce qui lui disait que celui qui contaminait les Schya était le même que celui qui avait créé le virus ? Il était issu du travail de toute une équipe de recherche. Leonard n’était que la main qui « aidait à la contamination ». Ainsi, Martin pouvait bien faire ce qu’il voulait avec, ce n’était pas ce qui allait déranger Leo dans sa fierté. C’était autrement qu’il serait embêté : il devrait attendre le temps qu’on lui prépare un nouveau moyen de tuer. Il allait d’ailleurs devoir en parler lors de son prochain rapport, car même si l’homme n’avait pas encore la solution, il avait du moins décelé le problème, et c’était déjà bien trop.


-Vous parlez sérieusement ? Il prit un air indigné. Monsieur, mon métier est de sauver des vies, pas d’en détruire. Que ce soit pour de l’argent ou pour autre chose… Je refuse d’être mêlé à une telle affaire. Je ne pense pas que vous ayez des problèmes avec le boss pour obtenir votre autorisation, mais… Mais ça me dépasse. Cette ville est folle, ce monde est fou, ces gens sont… JE veux dire, on se tue presque pour le plaisir aujourd’hui ! Je ne comprends pas je… Pardonnez-moi, je me suis emporté.

Il soupira et baissa le regard, intérieurement satisfait de la prestation qu’il venait d’offrir. Et pour ce qui était de la conférence, il n’avait pas envie de gâcher son week-end en la compagnie de ce type. Il n’avait déjà que peu de temps libre… Il avait des gens à voir, et des choses à faire. Notamment prendre les devant en ce qui concernait les récentes découvertes de Martin. Il ne pouvait pas tout changer du jour au lendemain, ce serait trop suspect, mais il pourrait faire passer le message au labo, pour qu’ils commencent à bosser sur un nouveau projet. Après tout, l’ancien avait bien servit, il était temps maintenant de l’abandonner.

-Ce week-end ? J’avais prévu de m’exiler deux jours à la campagne, ça me fera du bien. Ces dernières semaines je n’ai pas prit de repos, et je vais finir par être un poids plus qu’autre chose ici si je ne me change pas les idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martin Carter
Médecin en chef
avatar

Nombre de messages : 300
Age : 34
Date d'inscription : 28/01/2008

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Armes: injecteur et ses projectiles
Equipement: synthétiseur de drogues, scanner et trousse de soin standard

MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   Mer 24 Déc - 5:12

Le ton de Martin changea du tout au tout, devenant soudain glacial et tranchant. Aussi excentrique que parfois instable, on pouvait, dans certain cas, se mettre à dos le médecin chef en une fraction de seconde et bien souvent pour toujours… Ce qui serait peut-être bien le cas de Leonard.

« Je pensais que vous étiez un homme de science, Leonard, de ceux qui ne reculent devant rien pour le progrès et qui sont prêts à tous les sacrifices pour permettre sa bonne marche. Manifestement je me trompais. Vous me décevez, mon cher et ce de façon considérable. Vous sembliez si prometteur… Manifestement je faisais fasse route. C’est à croire que tout le personnel médical tombant sous mes ordres se prend pour le sauveur de vie en oubliant que ceux que nous traitons sont des agents de la mort et que nous sommes coupables par association d’un nombre incalculable de meurtres…»

De « digne successeur, un jour qui sait… », Leonard venait de se ramasser au niveau « crétin moralisateur se pensant mieux que les autres ». Et pour Carter, c’était sans doute chose définitive. Il traiterait l’autre comme un simple médecin, sans plus d’égard et la discussion sur le virus venait de prendre fin. Il garderait ses idées et ses travaux pour lui, redoublerait de vigilance pour observer changements et ou mutations chez ce dernier… Et quand il aurait accomplit encore une fois de grandes choses, il regarderait Leonard se vautrer à ses pieds en implorant son pardon pour son manque profond de respect. Il le briserait, cet impertinent, comme il briserait l’autre flanc mou qui lui servait de subordonné… Et l’autorisation… Venant du patron ou non, il ferait ce qu’il voulait de ce virus sans avoir de compte à rendre à qui que ce soit.

« Pour autant que je me rappelle, médecin spécialiste le Bollec, assister aux formations sélectionnées par son supérieur n’est en rien facultatif. Cela fait partie de la formation continue de tout médecin qui se respecte. À moins d’avoir une exemption signée du patron, et je vérifierai moi-même son authenticité, vous assisterez à cette conférence ou je me verrai contraint de faire un rapport à monsieur Westfield pour manquement et faute professionnelle. ME suis-je bien fait comprendre? Au plus grand des plaisirs (comprendre déplaisir) de vous voir ce samedi. Maintenant, j’ai à faire, un homme de science n’ayant que faire des temps libres tant qu’il reste quelque chose à expérimenter. »

Et il quitta la pièce sans un mot de plus, emportant avec lui ce qu’il avait à emporté, laissant un glacier dans la pièce et dans le corridor tant sa froideur était perceptible. Le pauvre Leonard avait intérêt à se surveiller : Martin ne le lâcherait pas… Et resterait évidemment dans les limites imparties par le règlement interne. Il venait sans trop le réaliser pour le moment de perdre bien plus que la considération du médecin chef de la Schya… Ceci dit sans exaggération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un traitre dans les rangs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un traitre dans les rangs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi aussi mon fils ?
» Le traître
» C'est l'heure de t'accueillir dans nos rangs jeune chat |Pv: Le Clan ^^
» Un emmerdeur dans les rangs des rebelles.
» "Dans nos rangs point de traitres;du sol soyons les seuls maitres."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ataxia : nouvelle génération :: Ataxia :: Schya :: Gratte-ciel Schya :: Étages :: Infirmerie-
Sauter vers: